écrit le 11 octobre 2017
modifié le 11 octobre 2017

Alfred Sargent & Bowen, unis entre Londres et Paris

Les frères Thierry ont repris L’usine Alfred Sargent, spécialiste du goodyear anglais, et fabriquant des chaussures Bowen, marque amirale de leur groupe ManBow. Désormais, les deux griffes avancent ensemble de chaque côté de la manche.


Paul Sargent, encore responsable de la fabrication dans sa manufacture située à Rushden dans le Northamptonshire.

Lorsque la Reine Elisabeth a voulu décorer la doyenne de l’usine, Margaret, 87 ans, cette dernière a fait décaler la cérémonie au samedi pour ne pas perdre une seule journée de travail. Le ton est donné. Dans la manufacture tout en brique rouge Alfred Sargent, située à Rushden dans le Northamptonshire – le berceau du soulier chic anglais –, on est passionné. Les 63 artisans perpétuent l’art de la belle chaussure avec le coeur. La spécialité ? Le cousu Goodyear et cela depuis 1899, date de l’ouverture de la manufacture par Alfred Sargent. Quatre générations plus tard, Paul et Andrew poursuivent la technique ancestrale, l’ont perfectionnée même, préservant ainsi leur trésor : leur savoir-faire bottier.

Frédéric Thierry

240 étapes sont nécessaires pour la fabrication d’un soulier. Si l’homme est assisté de machines, c’est avant tout, sa main, son geste qui réalise. « Ça apprend l’humilité, avoue Frédéric Thierry, le désormais propriétaire avec ses frères de l’usine. Si après la visite vous me dites que vous savez fabriquer une paire de souliers, moi, en plus de 25 ans, je ne sais toujours pas. » En effet, depuis près de 30 ans, c’est ici que les frères Thierry font fabriquer la majeur partie de leurs chaussures Bowen, réputées pour leur robustesse et leur style « rustique-chic » – cousus goodyear et norvégien obligent. Dès le départ, les propriétaires du groupe ManBow (Bowen, Mansfield, Fairmount et depuis peu Colisée et Charles Kammer) ont compris qu’ils pourraient offrir aux Parisiens le meilleur du look british tout en l’associant à la tradition de artisanat anglais.

En 2012, face aux difficultés financières du fabricant, ManBow reprend l’usine et la marque Alfred Sargent. Aujourd’hui, sur les 35 000 paires produites chaque année, 60 % sont griffées Bowen, 20 % Alfred Sargent, le reste étant destiné à d’autres grandes maisons de chaussures. Désormais, les deux marques se développent ensemble de chaque côté de la Manche. Ainsi, Bowen a ouvert une boutique sous la prestigieuse Picadilly Arcade, entre Jeremy Street, Savile Row et Bond Street. On y retrouve les collections Bowen mais aussi la nouvelle d’Alfred Sargent. Richelieus bouts droits, fleuri ou flèche, derby, tassel loafer, slippers, double boucle, bottines Jodhpur… Des modèles classiques, très chics en cuir de veau pleine fleur et aux finitions raffinées : tannage végétal de la semelle, gravure fermée de la couture Goodyear, coin cassé du talon pour éviter que le revers du costume ne s’y accroche. Rien n’est laissé au hasard ; rappelons que le positionnement d’Alfred Sargent est un peu plus haut de gamme que Bowen. (Comptez environ 600 € la paire pour le premier contre 350 € pour le second). La collection Alfred Sargent sera également disponible à Paris puisque la marque a ouvert sa boutique au printemps dernier. C’est son premier flagship parisien. Le 50 rue du Bac est à présent le nouveau rendez-vous des passionnés qui découvriront un peu de Northampton sur la rive gauche.


Bottines Jodhpur Galahad

Alfred Sargent, 50, rue du bac, Paris VII.

Si vous avez aimé, partager
Article par Hélène Claudel
Dans la même
rubrique


Le double boucle de Santoni

lire

Made in Portugal

lire

John Lobb dévoile son modèle Saint Crépin

lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #128

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #110

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique