écrit le 10 mars 2016
modifié le 25 juin 2018

Succès : Arnaud Bruillon, Monsieur Finsbury

Il a commencé comme vendeur, aujourd’hui, 22 ans plus tard, il est  le patron d’une cinquantaine de boutiques. Autant vous le dire tout de suite : Monsieur Finsbury compte bien ne pas s’arrêter là.

Arnaud Bruillon


Arnaud Bruillon

Les plus belles réussites commencent quelquefois par un échec. Pour Arnaud Bruillon, 40 ans, aujourd’hui, président de Finsbury à la tête de 50 boutiques (25 en propre, 25 en franchise), c’est lorsque les banques refusent de l’accompagner dans son projet de création d’une franchise du chausseur à Toulouse que tout commence.

On ne le suit pas pour une boutique en province, qu’à cela ne tienne, il se lance dans l’acquisition de la première boutique Finsbury de Paris créée par Jean Pierre Dahan et David Cohen. Là, les banquiers donnent leur feu vert. C’était en 2001. Repensant le concept, tenant la boutique seul pendant plus d’un an, ce jeune homme, aussi passionné qu’ambitieux – il a débuté comme vendeur le jour de ses 18 ans –, deviendra en 9 ans plus gros que son franchiseur. Il le rachètera en 2010.

Son groupe fait aujourd’hui 40 millions d’euros de chiffre d’affaires. Pourtant tout n’était pas écrit pour Arnaud Bruillon qui vient d’une cité du « 9.3 », comme on dit et « qui aurait pu mal tourner » tel qu’il le note lui-même. Sa recette ? Un sens inné du commerce, du produit et de la relation client doublé d’une capacité de travail peu commune. Son rythme 7 heures-22 heures, 6 jours sur 7 ! La réussite est à ce prix. Et compte tenu de ses ambitions : 120 boutiques à horizon 2022 dont 50 % à l’international, on peut penser qu’il n’est pas prêt de ralentir la cadence.

CLUB FINSBURY
Afin de démontrer la créativité de la maison, Arnaud Bruillon a ouvert un nouvel écrin : le Club Finsbury. Un laboratoire présentant en petite série des modèles pointus et tendance. Un bar à patines satisfera les demandes les plus extravagantes (tatouages y compris), sur des modèles à peausserie neutre, prêts à patiner.
121, rue de Rennes, Paris VI.


SCORES
300 000 paires Finsbury vendues en 2015.
2015  Ruban d’Argent de la franchise.
210 €, le prix du best-seller, les richelieus Broadway one cut.
160 modèles.
80 formes.
933 000 € le chiffre d’affaires moyen d’un franchisé.

Si vous avez aimé, partager
Article parFrançois-Jean Daehn
Dans la même
rubrique


Streetwear Chic lire
SuitSupply débarque ! lire
Les e-boutiques qui donnent du style lire
Comment Paula Gerbase modernise John Lobb lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur 150 (en version digitale)



Commander Montres 125 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique