écrit le 15 juin 2017
modifié le 8 janvier 2019

“Mister Blazer” lance sa première collection de blazers inspirés des clubs d’aviron.

Jack Carlson, champion d'aviron et auteur du livre Rowing Blazers, a créé 7 modèles de cette veste icône haute en couleurs. Pour connaisseurs exclusivement.

Avec son équipe d’aviron, Jack Carlson (en gilet sur la photo) a fini 3e dans sa catégorie aux championnats du monde 2016.


Avec son équipe d’aviron, Jack Carlson (en gilet sur la photo) a fini 3e dans sa catégorie aux championnats du monde 2016.

Champion d’aviron, classé 3e au championnat du monde 2016 et vainqueur des légendaires régates royales d’Henley près d’Oxford, Jack Carlson s’est passionné lors de ses études d’archéologie à l’université d’Oxford pour les blazers des équipes universitaires. Leur style, leurs codes, il les a inventoriés, à la manière de l’archéologue qu’il est, dans Rowing Blazers, un livre remarquable dont Monsieur avait relaté la sortie.

Déjà à l’époque, il avait eu le projet, avec son associé David Rosenzweig, ancien président de Sonia Rykiel USA, de lancer une marque puisant son inspiration aux origines du blazer. En effet, il semblerait que le blazer ait été créé pour les rameurs ainsi que l’atteste un commentaire du General Almanac & Register de Cambridge qui qualifiait la veste rouge du Margaret Boat Club de « blazing red ». Un terme très vite étendu à toutes les vestes des autres universités et qui évoluera en blazer pour être appliqué à toutes les vestes des sportifs pratiquant le yachting, le cricket, le rugby…

 

Le blazer élimé, le comble du chic

Si très rapidement, le blazer s’est assagi pour devenir cette veste bleu marine passe-partout qu’on porte en ville, en revanche, les clubs d’aviron restèrent attachés à leurs blazers excentriques et colorés, aux détails pleins de significations, véritables status symbols vénérés parfois comme des reliques qu’on se passe de génération en génération. Le comble du chic étant de porter un blazer élimé, déchiré, mais victorieux.

Dans leur première collection, Jack, son associé et sa girlfriend, la championne d’aviron Keziah Beall, se sont attachés à restituer cet esprit à travers 7 modèles de blazers. fidèles à l’esprit original, ils reprennent à la fois la coutume de la broderie d’une devise cachée à l’intérieur du revers et les ganses. La plupart sont droits avec poches plaquées sauf un modèle croisé 8 boutons comme celui que le Prince de Galles aime porter.

“Si les vents vous sont contraires, prenez les rames”

Tous les boutons sont en cuivre gravés de la devise Destitutus Ventis Remos Adhibe (“If the wind will not serve take to the oars“, “Si les vents vous sont contraires, prenez les rames”) ou de motifs historiques. Outre un médaillon traditionnel en émail, Jack a dessiné des motifs d’écusson (bullion badges) librement inspirés dont le fameux étendard français noir et rouge brodé de la devise « Il est beau de mourir pour son Roi ».

Pour compléter sa collection de vestes, Rowing Blazers propose quelques chemises en oxford button-down aux cols usés juste ce qu’il faut et livrées avec une petite notice et une feuille de papier de verre expliquant la tradition chez les étudiants de Princeton de passer au papier de verre «sandpaper» les cols de leur « BD » (button-down). Quelques cravates brodées complètent la collection, toujours en référence aux légendes universitaires comme « the Bath Club tie » ou « the Siren tie ». Pour ceux qui n’oseraient pas, une version bleu marine uni est aussi disponible. Toutes comportent une étiquette humoristique dite « tipsy label » avec l’inscription (écrite en latin) : « Si vous me trouvez, renvoyez-moi à » suivie de l’adresse du club.

Des ceintures d’esprit militaire en coton avec boucle acier sont elles aussi brodées de citations latines issues des devises de club. À la différence des marques qui se sont largement inspirées d’univers sportifs sans en connaître profondément la culture, Jack Carlson, lui, est un passionné, un véritable champion, doublé d’un historien. Sa collection a donc une vérité incontestable et c’est ce qui séduira les amateurs d’authenticité et les connaisseurs.

Blazer à rayures librement inspiré d’un motif choisi par plusieurs universités.

Si vous avez aimé, partager
Article parFrançois-Jean Daehn
Dans la même
rubrique


Roulement de mécaniques lire
Royal Oak : les 7 nouveaux cadrans lire
Parler comme un bottier lire
Le double boucle de Santoni lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur 150 (en version digitale)



Commander Montres 125 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique