écrit le 11 août 2017
modifié le 28 septembre 2017

Le carreau icône : la chemise vichy

Son histoire
En 1863, Napoléon visite la filature des Grivats (à Cusset dans l’Allier) connue pour sa production de textile à carreaux. Il est accompagné de l’impératrice Eugénie qui rapporte à Paris ces tissus à damier qu’on appellera « tissus Vichy » puisque provenant des alentours de Vichy. Or dès le Moyen Âge, en Bretagne, une toile solide carroyée, appelée « toile de Guingamp » était produite. D’où le terme anglais de « gingham check ». Dans les années 20, ce tissu habille les jeunes enfants avant de s’imposer comme celui des preppys. Popularisé par Brigitte Bardot, il deviendra celui des années 50. Dix ans plus tard, les Mods s’en emparent avant d’être rattrapés par les minets du XVIe. Aujoud’hui, la chemise vichy fait son grand retour et plus seulement dans un vestiaire casual.

Ses caractéristiques
Initialement, ce motif n’existait qu’en trois couleurs : noir, bleu et rose. Aujourd’hui, il se décline dans toutes les couleurs et incarne la chemise printanière par excellence.

Ses inconditionnels
Lapo Elkann, Eddie Redmayne, Stéphane Crémieux.

Si vous avez aimé, partager
Article parLa rédaction
Dans la même
rubrique


La chemise sur-mesure lire
La chukka boots lire
Le « siren-suit » lire
La ceinture tressée lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur 150 (en version digitale)



Commander Montres 125 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique