écrit le 12 octobre 2019
modifié le 11 octobre 2019

Trésors d’Armor

Au volant d’une auto au nom de Fée, road-trip chic sur la côte des corsaires et des aventuriers bretons. De Pléneuf-Val-André à Cancale, découverte des hauts lieux de la gastronomie et de l’hôtellerie.

Rouler librement, profiter du bon air et des paysages bretons, la Morgan permet tout cela. Photographie ©François-Jean DAEHN


Rouler librement, profiter du bon air et des paysages bretons, la Morgan permet tout cela. Photographie ©François-Jean DAEHN

Entre Pléneuf-Val-André et Cancale, les Côtes-d’Armor concentrent quelques-uns des plus beaux sites de Bretagne : cap Fréhel, Saint-Briac-sur-Mer, Dinard, Saint-Malo… Des paysages parfois rudes, sauvages, intacts ; des plages au sable plus blanc qu’aux Maldives comme à Saint-Cast-le-Guildo ; et parfois un air de Belle Époque comme à Dinard où les orgueilleuses villas ponctuent le littoral et offrent les plus belles vues sur la cité corsaire.

Distinguée par les Anglais d’abord qui y construisirent l’un des plus anciens golfs de France, le Dinard Golf Club, cette côte est un bonheur pour les initiés. Mais, jusqu’à une période récente, on n’y trouvait pas d’hôtel correspondant aux standards des voyageurs raffinés.

Spa Marin du Val-André. Photographie ©Spa Marin

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Une envie de thalasso ? Le Spa Marin du Val-André vous permettra de vous ressourcer face à la baie de Saint-Brieuc. Contemporain, il ouvre sur le large. On s’y remettra en forme sans abdiquer sur la gourmandise avec la cuisine du chef Jérôme Barbançon très inspirée des produits de la mer.

À Saint-Briac, le château du Nessay, fièrement campé entre la Petite et la Grande Salinette, revient à la vie mais ses jardins ont encore besoin d’attention et de soins.

C’est au Castelbrac à Dinard que l’on fera étape. L’ancienne villa du commandant Charcot a été totalement refaite et agrandie avec un goût très sûr. Surplombant la baie, le Castelbrac permet d’être à la fois au large et au coeur de la station.

L’accueil est raffiné, la cuisine, où officie le jeune Julien Hennote, élégante et savoureuse, la décoration, contemporaine mais respectant l’esprit des lieux, propice à la rêverie. Ces murs ont une âme. La clientèle élégante apprécie le parc fermé gardé qui permet de garer sans crainte une automobile de collection…

Après une petite remontée de la Rance où les capitaines corsaires et armateurs malouins aimaient bâtir leurs résidences, cap sur Cancale et le magnétisme de la baie du Mont-Saint-Michel dont la silhouette hiératique domine l’horizon.

Célèbre pour ses huîtres et sa cuisine d’un enfant du pays – Olivier Roellinger, dont la table du restaurant de Bricourt fut couronnée 3 étoiles –, Cancale se confond avec l’histoire de cette famille.

Elle est à la tête des épices Roellinger (boutiques à Cancale et Paris), l’école La Cuisine Corsaire, du petit hôtel Les Rimains et surtout du Château Richeux où le fils d’Olivier, Hugo, marche sur les traces de son père après un début de carrière dans la marine. Il vient de décrocher sa deuxième étoile au restaurant Le Coquillage.

Tous ensemble, ils ont imaginé la Ferme du Vent, trois bâtiments agricoles reconvertis en logis, face au Mont-Saint-Michel bien sûr et au milieu des champs. C’est ici que l’on cultive les fruits et légumes nécessaires à la table du Château Richeux.

On peut aussi les commander pour se concocter ses propres repas d’après les recettes de Roellinger. La Ferme du Vent, un lieu rare, magique, « magnétique » comme le note Hugo en faisant visiter son potager celtique.

Sur les Côtes-d’Armor, autant de trésors à découvrir, accessibles facilement et beaux en toutes saisons. Ils laisseront le souvenir d’une expérience extraordinaire surtout au volant d’un roadster anglais qui semble avoir été inventé pour la Bretagne au fil du vent.

Si vous avez aimé, partager
Article par François-Jean Daehn
Dans la même
rubrique


Transgresser les codes lire
Tuffery : la plus ancienne maison de jeans française lire
Les 5 snobismes de rentrée lire
Plein phare sur les Playmobil lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur 150 (en version digitale)



Commander Montres 125 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique