Élément de style : La veste de travail

Élégante, facile à vivre, le bleu de travail de l’ouvrier est devenue une des pièces incontournables de notre vestiaire. Retour sur son histoire et ses caractéristiques.

Histoire

La veste de travail est née en France au XIXe siècle, à la fin de la révolution industrielle. Elle se présente d’abord comme une blouse longue, souvent noire, avant d’être raccourcie et teintée de bleu de Prusse, une couleur peu onéreuse à fabriquer et très facile d’entretien. En mai 68, elle devient l’attribut des étudiants en colère avant que les créateurs Michel Schreiber et Patric Hollington ne l’imposent sur la Rive gauche auprès des intellectuels et politiciens. Aujourd’hui, la veste de travail est partout. Mais seule une dizaine de maisons françaises fabriquent encore la version authentique. Parmi elles, Le Laboureur, Vétra, Kiplay Vintage, Chapel, Kidur ou encore le Mont St Michel pour les historiques ; Champ de Manœuvres, Arpenteur ou Soubacq pour les plus récentes.

Caractéristiques 

L’authentique est en moleskine, toujours de couleur bleu. Non doublée, elle présente une coupe droite, 3 poches plaquées et un boutonnage apparent. Celle de Vétra (en photo) est bleu hydrone, mais elle se décline aujourd’hui dans de nombreuses couleurs (jaune, rouge, vert, chocolat) et dans des matières aussi variées que le lin, le velours ou encore le coton biologique.

Inconditionnels

François Mitterrand, Jean-Luc Mélenchon, Sir Terence Conran, Patric Hollington, Johnny Marr, Danilo Carnevale, Nicolas Kenedi.

les articles du moment