savoir-vivre > Bon vivant
écrit le 23 décembre 2017
modifié le 26 janvier 2018

Ces vins de fête qui nous mettent tous d’accord

Apéritif, foie gras, crustacés, dinde, fromage, dessert, après dessert… Au moment des fêtes, les accords mets et vins sont un véritable casse-tête. Monsieur  vous propose trois menus « accords parfaits » qui respectent votre budget, votre tempérament et bien sûr le nombre de vos convives.

BUDGET MALIN

• SUR UN SAUMON FUMÉ
Un sancerre : Château Thauvenay 2016

En 2016, la maison saumuroise Langlois-Château s’agrandit en faisant l’acquisition du château de Thauvenay, propriété de 18 hectares de vignes sud sur un beau terroir calcaire. Au nez, ce sancerre révèle des arômes de fruits exotiques tandis que la bouche offre un vin charnu, ample et équilibré lui permettant d’être le compagnon idéal d’un saumon fumé car l’accord va s’affirmer sur le jeu des textures et du gras du poisson. Un duo de choc !

où : Sur la boutique en ligne : www.laboutique-langlois.fr
prix : 17 €

• À L’APÉRITIF
Un champagne : Allouchery-Perseval Brut Tradition Blanc de Noirs Encore trop méconnu, le label « Les Champagnes de Vignerons » est pourtant l’assurance d’une qualité remarquable, à l’image de ce blanc de noirs charpenté certes mais qui fonctionne très bien à l’apéritif dès lors qu’il accompagne des amuse-bouches. Une bulle fine, un nez où se mêlent la rose et le cassis, en bouche, une matière fruitée, pulpeuse et croquante qui contribue à son tempérament. Un champagne de célébration surtout quand on est nombreux !

où : Sur le site www.alloucheryperseval.com
prix : 14 €

SUR UNE VOLAILLE
Un saint-émilion : Léo de la Gaffelière 2015

Une robe incarnate, un nez tendre sur des arômes de fruits rouges et d’épices douces, de vanille et de réglisse qui donnent une belle complexité à ce vin dominé par le merlot. La bouche est souple, ronde et gourmande, les tanins y sont soyeux et soutenus par une belle longueur. Un vrai bon rapport qualité/prix/plaisir que l’on trouve partout !

où : Chez Carrefour, Intermarché, Casino
prix : 10 €

• SUR UN FROMAGE UNIQUE TYPE COMTÉ/VACHERIN
Un côtes-du-jura : Chardonnay-Savagnin Domaine Rolet 2010

On a tendance à oublier trop souvent les vins du Jura. Dommage : leur identité leur permet de se placer admirablement au moment du fromage ! On joue ici sur l’accord régional de deux produits issus du même terroir et sur le côté crémeux du Mont d’Or. Ce savagnin au goût de noix, cuir, épices et curry offre par son assemblage avec le chardonnay une approche de la typicité jurassienne. Un vin à mettre sans plus attendre sur sa table !

où : Cavistes et sur le site : www.rolet-arbois.com
prix : 13,50 €

• EN ATTENDANT LE PÈRE NOËL DEVANT LA CHEMINÉE
Un whisky : Glenmorangie The Original

Ce whisky délicat produit dans les alambics les plus hauts d’Écosse et vieilli en fûts de chêne blanc d’Amérique est un des single malt les plus primés au monde. C’est dans des fûts ayant conservé du bourbon que l’alcool brut vieilli 10 ans et développe l’équilibre subtil entre douceur et complexité pour une palette aromatique à la fois douce moelleuse et crémeuse. En cette fin d’année, Glenmorangie le présente en un coffret renfermant deux verres pour faciliter la dégustation. Une vraie aubaine !

où : Cavistes
prix : 34,90 €


BUDGET RAISONNABLE

• EN APÉRITIF
Un champagne : Ayala Blanc de Blancs 2008

Référence incontournable des champagnes qui font la part belle au chardonnay, la maison produit des vins équilibrés sur des dosages faibles. La pureté de sa palette aromatique en fait un champagne d’apéritif incontournable. Paré d’une robe or brillante et de bulles fines, le nez de ce tout nouveau millésime est à la fois ouvert et intense sur des notes d’aubépine et de mirabelle. La bouche précise, dense et crayeuse, affirme une rare longueur pour une belle entrée en matière.

où : Cavistes
prix : 49 €

• SUR UNE VOLAILLE
Un cru bourgeois : Château Tour Seran, Médoc 2014

Voilà un beau bordeaux fidèle à son terroir de 15 hectares sur des vignes de plus de 40 ans ! Tout en nuances, s’il n’a pas la puissance d’un saint-estèphe ni la souplesse d’un margaux, il se situe entre les deux. Une vinification soignée qui reprend celle des grands crus, un corps ample et charnu sur des tanins joliment fondus, côté accord, sa finesse crée une harmonie avec la rondeur et le moelleux de la volaille rôtie. Mais attention à la cuisson, si la volaille est pochée ou en papillote, c’est alors un vin blanc qui s’impose !

où : Cavistes et sur www.greysac.com
prix : 23 €

• SUR UN FOIE GRAS
Un pinot gris : Gustave Lorentz Grand Cru Kanzlerberg 2011

Le pinot gris de ce prestigieux terroir alsacien dévoile une expression intense soutenue et un style affirmé. On sera sensible à la chair, à la texture, à la rondeur de ce pinot gris avec une douceur en milieu de bouche sur des notes de fruits confits qui créent une belle harmonie sur le foie gras sans saturer le palais en début de repas. S’il y a toujours un peu de sucrosité dans ces pinots gris, sur ce millésime jeune, on trouve surtout une belle énergie en finale.

où : Chez les cavistes et pour le millésime 2011, sur www.boutique.gustavelorentz.com
prix : 23,30 €

• SUR UN PLATEAU DE FROMAGES FRAIS
Un sancerre : Joseph Mellot l’Original 2015

À l’occasion des fêtes, Joseph Mellot lance en série limitée ce sancerre collector édité à 4 000 bouteilles. Cette cuvée s’ouvre sur un nez floral où l’acacia et le tilleul dominent sur une pointe mentholée. La bouche ample, précise et ciselée, charme par ses arômes de fruits blancs. Compte tenu de sa précision et de sa délicatesse, cette cuvée accompagne idéalement la texture des fromages de chèvres. Un must !

où : Cavistes
prix : 33 €


BUDGET FLAMBEUR

• EN ATTENDANT LE PÈRE NOËL DEVANT LA CHEMINÉE
Un whisky : Speyburn Single Malt 15 ans

Dernier né de la distillerie Speyburn, célèbre depuis 120 ans grâce à l’eau du Granty Burn, ce single malt a vieilli en fûts de chêne espagnols et américains pendant 15 ans. D’un style riche et complexe avec un nez de chocolat noir, de raisins secs et de vanille, en bouche on retrouve des notes gourmandes d’orange, de toffee, de vanille et de cuir. Sa finale longue, douce et opulente évolue sur les épices. Une nouveauté qui va alimenter les conversations des amateurs d’un hummm interminable !

où : À la Maison Du Whisky, 20 rue d’Anjou, Paris VIII. Tél.: 01 42 65 03 16.
prix : 81 €

• SUR UNE VOLAILLE
Un pinot noir : Bollinger

La Côte aux Enfants 2013 La maison champenoise Bollinger nous avait habitués à des champagnes d’exception à l’image du nouveau rosé 2006 qu’elle vient d’éditer pour les fêtes. Un champagne de gastronomie qui d’ailleurs permet un bel accord sur la volaille pour tous ceux et celles qui aiment prolonger leur dîner au champagne. Moins connu, ce vin rouge qui appartient à cette célèbre maison est issu à 100% de pinot noir grand cru. À l’oeil, une robe grenat, au nez, des arômes de sureau et de réglisse sur des notes poivrées et en bouche une belle structure tannique soutenue par un équilibre porté vers les fruits rouges. Grand vin de connaisseurs, ce vin va étonner par sa tension en donnant du relief au fumet naturel de la chair du volatile. Si on ne devait boire qu’un vin pour célébrer la joie d’être ensemble, ce serait celui là. Vendu en coffret bois, c’est aussi un vrai cadeau pour collectionneurs !

où : Cavistes
prix : 110 €

• À L’APÉRITIF
Un champagne : Sténopé 2010

Née de l’association de deux maisons réputées pour leur excellence, les champagnes Devaux et Michel Chapoutier, la cuvée Sténopé résulte d’un assemblage complexe de raisins noirs et de raisins blancs. Un nez aérien, des arômes de pain toasté, de vanille, de zeste de citron et de poire, une bouche onctueuse et charnue sur des saveurs de praline et de vanille. Avec sa finale longue et tonique, Sténopé 2010 est un champagne confidentiel capable d’éblouir même les plus blasés de la famille !

où : www.boutique.champagne-devaux.fr
prix : 140 €

• SUR DES CRUSTACÉS
Un meursault : Philippe Pacalet 1er Cru « Les Perrieres » 2015

Vinifié sans souffre par un troublion du goût, ce vin a été élevé 14 mois sur lies en pièces bourguignonnes. Le résultat est un vin droit et riche très précis qui dévoile des notes rôties et florales. Ample, puissant et minéral, ses arômes de caramel au beurre salé et de fleurs blanches lui confèrent beaucoup de fraîcheur, accentuée par une finale anisée qui se marie parfaitement avec la chair d’un homard ou celle d’une langouste. Un nectar pour les grands amateurs de bourgognes !

où : Cavistes, Lavinia, 3-5, boulevard de la madeleine Paris VIII. Tél.: 01 42 97 20 20 ou sur www.lavinia.fr
prix : 115 €

• SUR UN PLATEAU DE FROMAGES
Un pauillac : Château Pedesclaux 2014

Ce 5e Grand Cru Classé de Pauillac voisin de Lafite-Rothschild se présente dans une robe presque noire avec un nez d’une grande complexité sur des notes fumées et de noix de muscade. En bouche, il séduit par son attaque ample et gourmande. Une étiquette de renom pour déguster des fromages à pâte dense et aux goûts puissants et relevés. L’intensité variant en fonction du niveau d’affinage, plus la pâte est affinée, plus la croûte est épaisse et plus la saveur du fromage sera épicée, d’où l’accord majeur avec ce vin qui leur donnera efficacement la réplique !

où : Cavistes
prix : 35 €

• SUR UN DESSERT AU CHOCOLAT
Un bas-armagnac : Château de Lacquy 12 ans d’âge

La plus ancienne propriété familiale productrice d’Armagnac est dans la même famille depuis 1711 et produit cette eau-de-vie souple, ronde, agréable et féminine aux arômes dominants de vanille et de cacao. L’âge indiqué sur son étiquette étant celui du plus jeune millésime utilisé dans son assemblage. Plus original et moins lourd qu’un porto sur un dessert au chocolat, sa longueur en bouche où se mêlent fruits confits et épices vient sublimer le palais en contrebalançant l’amertume et le gras du chocolat pour un accord qui suspend le temps et les conversations…

où : Cavistes
prix : 67 €

Si vous avez aimé, partager
Article par Florence Hernandez
Dans la même
rubrique


Château d’Arsac : l’art, une autre source du terroir lire
10 bons plans ski lire
Les snobismes 2018 lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #134



Commander Montres #114

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique