savoir-vivre > Femmes
écrit le 13 avril 2018
modifié le 13 avril 2018

Comment rater son premier rendez-vous

Vous n’aurez pas deux fois l’occasion de faire une première mauvaise impression. Autant mettre toutes les chances de votre côté.

Le mystère de l’amour est affaire de sentiments, c’est entendu. Mais la séduction procède de tactiques et de stratégies. Le galant homme sait qu’il peut désormais suivre toutes sortes de guides et autres vade-mecum de la drague. Le best-seller The Game, de Neil Strauss, modestement sous-titré « Infiltration de la communauté secrète des artistes de la drague », pourra faire figure de viatique. Puisque tout paraît si simple aux donneurs de leçons, la question mérite d’être prise à revers. Pour être certain de tirer à côté de la cible, quelques astuces quasi infaillibles sont à portee de main.

Se tromper de prénom

Rendez-vous a été pris. De préférence par SMS ou autres réseaux sociaux pour garder de la distance, bien sûr. La belle sera bientôt devant vous. La proie se dessine. La soirée promet un tête-à-tête, suppose un face-à-face et, qui sait, peut-être un corps-à-corps. Les jeux sont faits : rien ne va plus ! Afin de ne pas affecter une mâle assurance, vous avez laissé planer des doutes sur le choix du restaurant, peut-être même pris son avis. Plus audacieux, vous l’aurez laissé choisir. En général, les femmes adorent devoir se débrouiller…

Pour entrer en matière, il y a le b.a.-ba : arriver en retard, voire très en retard, se tromper de prénom en lui claquant une bise tandis que le bras s’enroule autour de la taille. Mais, rétif aux missions suicides et autres actes kamikazes, vous avez décidé d’être plus subtil.

En prélude, vous aurez pris soin de votre mise. Strictement vêtu de bleu, cravate sombre et chemise blanche, vous ressemblez de manière glaciale à un politicien sans imagination, un présentateur de télévision sans style ou à monsieur tout-le-monde. Une absence de singularité prompte à gommer vos reliefs à défaut de votre embonpoint.

Le côté obscur de la French manucure

Avez-vous décidé de jouer la carte de la décontraction ? Pourquoi pas. Vous n’avez pas opté pour la facilité, et c’est estimable. Rien de plus sophistiqué que la désinvolture. Surtout pour une « première fois ». Confondez donc nonchalance avec débraillé pour un effet moins flatteur encore. Une touche de négligence dans votre hygiène parachèvera le tout. Les femmes regardent les mains. Cela tombe bien puisque vous avez décidé de vérifier les niveaux d’huile de votre petite auto ancienne, à la fiabilité aléatoire en fin de soirée, juste avant de partir. Le côté obscur de la French manucure.

Mater ses fesses

Vous vous êtes donc rendu au rendez-vous, plutôt à l’heure, et avez décidé de miser sur les bonnes manières. Après les salutations d’usage, vous forcez donc le pas et entrez le premier dans la salle de restaurant. Chevaleresque attitude, en tout point conforme aux usages mais… si désuette que plus aucune demoiselle ne connaît cette règle. Vous venez de passer pour un mufle pour la première fois de la soirée. Cela aurait pu vous arriver lorsque vous avez longuement détaillé sa silhouette et maté ses jambes et son fessier, notamment lorsqu’elle montait l’escalier ; meilleur moment de l’amour si l’on en croit Guitry. Mais, à ce moment-là, elle vous tournait opportunément le dos. Vous savez gagner du temps. Le moment de bravoure sera évidemment celui de la conversation. Commencez par réfuter l’idée que la femme moderne croit encore au prince charmant.

Parler de votre ex

Puisque nous sommes modernes, vous ne négligerez pas de consulter de temps en temps votre téléphone portable. Certains messages nécessiteront peut-être une réponse, surtout s’ils viennent d’une autre jeune femme. Par la même occasion, vous pourrez accorder à votre invitée votre confiance en lui parlant longuement de votre « ex ».

Partager l’addition

De surcroît, soyez attentif à respecter son intimité en lui posant le moins de questions possible. Préférez ne parler que de vous. La dame de vos pensées est venue pour vous découvrir, n’est-ce pas ? Quant à l’addition, plus personne ne refuse de partager. Au moins, c’est plus simple et cela ne donne pas l’impression que vous voudriez profiter de la situation le premier soir. Comme la panne ne tient qu’à un fil, la rupture en amour peut se jouer à un cheveu. Celui-là, long et blond, qui est resté accroché au col de votre veste et qui vous vaudra un revers de la part de votre chère et tendre brune légitime, à peine rentré au logis. Pour la bagatelle, vous pourrez vous brosser. Et finir la nuit, seul, dans le canapé. Vous voyez bien que ce n’est pas si difficile de rester célibataire.

Si vous avez aimé, partager
Article par Frédéric Brun
Dans la même
rubrique


Au temps des maisons closes lire
Dîner de filles lire
Du terrain au terroir lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #130

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #111

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique