Style > Les éléments de style
écrit le 23 octobre 2018
modifié le 29 octobre 2018

La cravate Ancient Madder : God save the silk

Histoire

L’Ancient Madder est née en Angleterre. C’est pourtant dans les années 30, aux États-Unis, que cette cravate en soie teintée à la « madder » (une plante aussi appelée Rubia tinctorum L. ou garance des teinturiers) prend son envol. Associée à une veste en tweed et une chemise oxford, elle habille le cou des étudiants chics de l’Ivy League, les huit universités les plus prestigieuses du pays. Seule une poignée de maisons propose d’authentiques modèles Ancien Madder. Citons parmi elles Ralph Lauren, Drake’s, J.Press, Fort Belvedere, Marinella et la jeune griffe française Robert Kerr (photo).

Caractéristiques

La soie est bouillie, puis plongée dans une solution à la gomme qui lui donne son toucher de peau de pêche. La cravate subit ensuite une longue étape de teinture au cadre, couleur par couleur, sur le principe du pochoir. Une méthode fort « ancient », à base de colorant « madder » naturel, qui explique sa rareté. Grenat, moutarde, indigo : ses couleurs sont sombres et saturées. Elle s’orne généralement de motifs paisley.

Inconditionnels

Gianni Agnelli, Gary Cooper, Frank Sinatra, Thomas Drischel.

Si vous avez aimé, partager
Article par La Rédaction
Dans la même
rubrique


La chukka boots lire
La cravate carton rouge : quand Zidane inspire la mode lire
L’Officine du style lire
Le bracelet Shamballa Jewels : Le Tibet au poignet lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #133



Commander Montres #113

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique