montres > Les montres de
écrit le 13 août 2001
modifié le 19 décembre 2017

Dany Boon ne plaisante pas en matière de belle horlogerie. Dans ses écrins, l'artiste a réuni au l de ses succès les garde-temps qui le font rêver depuis sa jeunesse, d'Hamilton à Breguet, en passant par Jaeger-LeCoultre, Cartier ou Franck Muller

Dany Boon aime beaucoup les montres mais lorsqu'il les regarde, ce n’est jamais pour lire l'heure. il contemple la beauté figée d'un cadran, guette le mouvement régulier des aiguilles et s’émeut des rondeurs d'un boîtier.

C’est au beau milieu de sa tournée française au cours de laquelle il fait un triomphe avec son One Man Show mis en scène par sa femme Judith Godrèche, installé à une des tables du restaurant de son hôtel, que Dany Boon a décidé de prendre le temps de parler de sa passion des montres. Drôle, il l’est sur scène et dans la vie, mais c’est avec un certain sérieux qu’il analyse calmement son goût prononcé pour les montres. Il les aime depuis toujours, en fait depuis qu’il sait lire l’heure. Il se souvient en particulier d’une montre rectangulaire à affichage à cristaux liquides.

Ce n’était pas sa première montre mais la plus originale. Offerte par sa mère en 1975, elle faisait pâlir d’envie ses camarades de classe. Son cadran complètement noir affichait les heures et les minutes en chiffres lumineux rouges lorsque le jeune Dany appuyait sur un poussoir. A l’époque, les autres pièces « maîtresses » de sa collection n’étaient autres que de petites montres en plastique hautes en  couleurs. Les années passant, sa collection s’est de plus en plus affinée. Ensuite, le succès lui a permis d’acquérir de nouvelles montres, plus belles, plus chères, plus prestigieuses.

Il a rassemblé ainsi de nombreuses marques comme Pomellato, Hamilton, Jaeger-leCoultre, Cartier… mais préfère ne pas parler de collection : « Je ne collectionne pas vraiment, j’adore les montres tout simplement. J’aime en acheter ou en recevoir, bien entendu, mais j’aime aussi les admirer dans les vitrines, sur des catalogues. Je m’amuse également à regarder ce que les personnages que je croise portent. Par exemple, lorsque j’accompagne mon fils chez le pédiatre, à chaque fois j’ai envie de piquer la montre qu’il porte, une Jaeger-LeCoultre ronde des années 50 ! ». Mise à part son alliance, la montre représente pour Dany Boon le seul bijou de l’homme, un très bel objet, attachant et enfin le cadeau idéal à l’occasion d’une célébration. Aujourd’hui, il partage sa passion avec sa femme Judith Godrèche dont le père était un grand amateur de belle horlogerie. Une aubaine lorsque l’on dit que les montres doivent traverser les générations… Pour son anniversaire, en juin dernier, Judith a offert à son mari une Breguet Type XX cadran noir en acier sur bracelet cuir . « J’adore cette montre, je la porte tout le temps » dit-il. D’ailleurs, il n’y a que sur scène que Dany Boon n’a pas de montre au poignet. « Aucun de mes personnages n’a le style ni les moyens de porter une Breguet, dommage pour eux ! » plaisante t-il.

Ce qu’il aime dans une pièce, ce n’est pas sa précision. Il regarde sa montre mais pas l’heure. Inconscient du temps, il tente d’être ponctuel mais n’y arrive pas toujours : « Il m’arrive de rater un rendez-vous, parfois j’oublie même de manger… » En fait, ce qui le séduit dans une montre ce sont ses lignes, ses rondeurs. Il préfère les boîtiers volumineux et aime de plus en plus le style des années 30. Il suffit de s’attarder sur la décoration de son appartement parisien pour en avoir la preuve. C’est certainement la raison pour laquelle il vient d’offrir une Casablanca de forme tonneau signée franck Muller à sa femme. « J’aime la façon qu’à franck Muller d’interpréter les années 30 dans ses boîtiers cintrés curvex. Pardonnez peut-être mon inculture mais je crois que c’est le seul horloger à faire ce type de pièces. La montre dont je rêve à ce moment précis ? Une Conquistador en platine également signée franck Muller… »

Patience, il faudra compter sur la générosité de Judith et attendre un prochain anniversaire. C’est le moment pour Dany Boon de terminer son déjeuner, il ne s’en est pas vraiment rendu compte, mais cette interview l’a retardé. Il n’a pas oublié de se nourrir mais il risque d’oublier son prochain rendez-vous…

Si vous avez aimé, partager
Article par HERVÉ BORNE
Dans la même
rubrique


Dans la tête de… Lapo Elkann lire
Derek Bell lire
JEAN-MICHEL JARRE lire
pierre arditi lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #132



Commander Montres #113

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique