Style > Mode & codes
écrit le 4 décembre 2019
modifié le 17 décembre 2019

Hackett s’installe sur Savile Row

Mister Classic* rejoint la rue la plus réputée de la confection masculine. Une consécration pour cet amoureux du style qui a toujours été connecté à ce quartier emblématique du bespoke anglais. 

Le No.14 Savile Row, la townhouse Hackett dédiée au sur-mesure.


Le No.14 Savile Row, la townhouse Hackett dédiée au sur-mesure.

Avec ses décorations de Noël, la célèbre rue de Mayfair prend des airs de comédie romantique. Pourtant, ici, il n’est pas question d’amour ou alors d’amour de la confection et des belles étoffes. Après Cifonelli, c’est au tour d’Hackett de s’installer sur Savile Row, juste à côté du grand Henry Poole et surtout à la place de Sir Hardy Amies, figure incontournable du quartier bespoke anglais pendant près de 70 ans. Il était, entre autres, le fournisseur officiel de la reine Elizabeth II en jolies tenues colorées.

Jeremy Hackett n’en revient toujours pas.

« Lorsque j’ai débuté en 1983, j’étais loin d’imaginer que j’ouvrirais un jour dans les anciens locaux de ce couturier, aux côtés de tailleurs si connus. C’est la rue la plus réputée de la confection masculine. Je me sens honoré de faire partie de la merveilleuse tradition qu’est Savile Row. »

Jeremy Hackett et Juan Carlos, le coupeur en chef du No.14 Savile Row.

Le No. 14 est une des plus belles townhouses de la rue avec son style géorgien datant des années 1760. Il fallait au moins ça pour installer la grande mesure et le sur-mesure Hackett. Depuis toujours, son fondateur a témoigné d’un profond attachement au bespoke et a créé un « look » similaire à celui de Savile Row. Il a d’ailleurs démarré sa carrière au numéro 18 de cette même rue, chez John Michael.

AMBASSADE DU SUR-MESURE

Si le personnal tailoring existe dans la plupart des boutiques, la maison monte d’un cran aujourd’hui avec cette nouvelle adresse baptisée J.P Hackett No.14 Savile Row devenant son ambassade du sur-mesure. Au total : près de 1000 m2 dédiés sur 4 étages ! Aux commandes, Graham Simpkins, le maître tailleur global de la marque, et Juan Carlos Benito, coupeur en chef d’origine madrilène issu d’une famille de tailleurs depuis 3 générations.

C’est l’architecte et décorateur d’intérieur de renom Ben Pentreath qui s’est occupé de donner le ton. Boiseries, cheminées d’origine, sol en pierre, escalier majestueux, lustres clinquants… et d’un coup un mur bleu souris, un salon cosy vert pomme ou un bar à cocktails orange vif imprimé de zèbres…

ENTRE CHIC ET KITSCH BRITANNIQUE

C’est dans ce décor digne parfois d’un film de Wes Anderson, entre chic et kitsch britannique, que seront proposés le service Bespoke et la demi-mesure. Le premier est réalisé sur place, dans l’atelier du sous-sol (visible depuis la rue), par 6 artisans aguerris. Comptez 80 heures pour un costume et 3 essayages (à partir de 4 500 €). Le second reste confectionné en Angleterre (à Birmingham) et sera basé sur deux coupes : la Duke au look classique avec un torse structuré et des épaules roulées et la Windsor, plus souple et moderne. Dans les deux cas, le style sera british, of course ! (À partir de 1 800 €).

UN PRÊT-À-PORTER INSPIRÉ DU BESPOKE

La nouvelle ligne de prêt-à-porter J.P.Hackett No.14 Savile Row, créée à l’occasion de l’ouverture de ce flagship, sera également disponible, adoptant elle-aussi ces deux fitting. Il s’agit d’une évolution de l’ancienne Hackett Mayfair, qui constitue le label le plus haut de gamme de la maison. Un prêt-à-porter doté d’une approche bespoke que ce soit dans le choix des tissus ou la qualité des coupes.

Le No.14 Savile Row accueillera également de futures collaborations inédites. La première, une cologne avec le parfumeur D.R Harris, fournisseur officiel de la Reine et du Prince de Galles. Qui sait, bientôt un « royal warrant » pour Hackett ? En attendant, on se délecte de ce vetiver au zeste de citron, évoquant l’odeur du gin tonic mais avant tout celle du chic… et du succès…

La collaboration Hackett avec le parfumeur D.R Harris.


* Le surnom de Jeremy Hackett

Si vous avez aimé, partager
Par Hélène Claudel
Dans la même
rubrique


Good Life ! Slow depuis 1980 lire
Hast, copains comme chemises lire
Martin Fourcade : « Je suis un imposteur en costume, j’ai l’impression d’être déguisé » lire
Berluti : Retour vers le futur lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #140



Commander Montres #118

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique