Style > Les élégants du siècle
écrit le 13 mars 2018
modifié le 6 avril 2018

Hubert de Givenchy : « On ne vieillit pas vite, si on a un style et si on s’y tient »

Le couturier avait 91 ans. Nous avions eu la chance de le rencontrer, il y a 10 ans, à l’occasion du lancement de la bûche de Noël qu’il avait créée avec le chef Guy Krenzer pour la maison Lenôtre — l'esthète était aussi un fin gourmet. Hommage à un grand Monsieur au sens propre comme au figuré.

Hubert de Givenchy, 1960 par Tony Vaccaro


Hubert de Givenchy, 1960 par Tony Vaccaro
  • SON ÉLÉGANCE : UNE ÉLOGE DE LA SIMPLICITÉ

    « Jamais je n’ai vu un homme aussi élégant en blouse blanche », notait une journaliste de Vogue. Offerte par son ami Cristóbal Balenciaga, elle ne le quittait pas. Chaque jour, il arrivait à 7 heures précises pour travailler avec ses premières d’atelier.
    Pour lui, la mode masculine n’était pas une priorité. Il s’habillait bien, même très bien, mais sans une recherche de style excessive. Il était doté d’une élégance naturelle sans doute due à son physique – il mesure plus de 2 mètres – mais aussi à son sens des proportions.

  • SON GOÛT POUR L’ART ET LES JARDINS

    Dans son manoir du Jonchet, le couturier collectionnait de nombreuses œuvres d’art. Giacometti y côtoyait Braque, Picasso, Léger, Pompon. Ce château du XVIIe siècle était l’œuvre de sa vie. Il le restaurera, l’aménagea et recréa tous les jardins avec passion.

  • UN GRAND NOM DE L’ÂGE D’OR DE LA COUTURE FRANÇAISE

    Il avait créé sa maison en 1952 et l’avait dirigée jusqu’en 1995. « Je m’arrêterai de faire des robes mais pas de découvrir. La vie est comme un livre. Il faut savoir tourner les pages », dit-il. Son dernier défilé rendit hommage à ses 80 couturières toutes présentes sur le podium en blouse blanche. Il faudra ensuite attendre 2005 et l’arrivée de Riccardo Tisci, pour que sa maison connaisse un second souffle. Depuis mars 2017, la direction artistique est confiée à une femme.

  • SA FIDÉLITÉ

    À son style d’abord. « On ne vieillit pas vite si on a un style et si on s’y tient », dira-t-il. Mais Hubert de Givenchy était aussi fidèle aux gens, à son compagnon Philipe Venet, à ses amis, Audrey Hepburn, Cristobal Balenciaga, Capucine, Mrs Paul Mellon, Jeannette (son assistante pendant 40 ans !) mais aussi à ses maisons, le château du Jonchet, l’hôtel de Beauffremont, la villa Fiorentina sur la Côte d’Azur, son chalet de Megève ; aux objets, les meubles Boulle, sa collection de Giacometti.

  • SA MUSE : AUDREY HEPBURN

    L’actrice popularisera son style, chic et minimaliste tout sauf show off. Après le tournage de Sabrina (1954) film pour lequel il lui avait créé une dizaine de robes, Audrey Hepburn deviendra sa grande et sa plus fidèle amie. Dans chacun de ses films, elle exigeait qu’il l’habille. Tout comme à la ville d’ailleurs. Elle sera aussi l’égérie de son parfum, L’Interdit. Impossible d’oublier sa robe fourreau noir dans Diamants sur canapé.

    Hubert de Givenchy et sa plus fidèle amie Audrey Hepburn qu’il habillait à l’écran comme dans la vie.


Retrouvez l’ensemble de notre dossier consacré à Hubert de Givenchy dans notre prochain numéro, en kiosque le 20 avril.

Si vous avez aimé, partager
Article par Hélène Claudel
Dans la même
rubrique


Hercule Poirot : une affaire de style lire
Icône : Jean-Claude Killy lire
Dandy’s Nights : Itinéraire d’élégance lire
Sport : l’équipement le plus pointu lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #130

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres HS collectionneur 2018

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique