Style > Mode & codes
écrit le 24 novembre 2020
modifié le 6 janvier 2021

Ignasi Monreal X Etnia Barcelona : la lunette à 4 yeux

La marque de lunette barcelonaise signe une collaboration avec l'enfant terrible de la peinture espagnole. Résultat : une paire déjantée que les collectionneurs vont s'arracher !

Et si nous avions deux yeux supplémentaires ? Verrions-nous mieux ? Peut-être sentirions-nous plus intensément les choses, comme si, tout à coup, l’inspiration était décuplée. Une expérience que propose de vivre Etnia Barcelona à travers une nouvelle collaboration artistique atypique et pleine d’humour. Cette fois, c’est avec l’artiste surréaliste espagnol Ignasi Monreal que la maison de lunettes barcelonaise a imaginé une collection en édition limitée, aussi déjantée qu’onirique.

Fidèle à son approche « Anartiste » de la lunetterie, cette dernière ne pouvait qu’être fascinée par le regard et la vision du monde de « l’enfant terrible » de la peinture du XXIe siècle, cet artiste capable de projeter le passé et le futur dans une même œuvre. On se rappelle de ses campagnes numériques pour Gucci, des séries de portraits style Renaissance présentant les collections d’Alessandro Michele. Le peintre a également travaillé avec Bvlgari, Vogue mais aussi les logiciels Abobe et de nombreux jeunes talents. Il sait jongler, comme personne, avec la peinture classique et notre ère numérique en insufflant à ses fables visuelles des éléments de la culture pop. C’est beau, drôle et souvent halluciné.

Exemple avec cette collection de solaire mixte prenant pour point de départ le grand classique de l’analyse visuel, Voir le voir, la série télévisée des années 70 de l’écrivain anglais John Berger. Ici, il est question « d’avoir une vision périphérique », deux yeux supplémentaires sur les branches des lunettes pour ne rien perdre… Et être vu… doublement. Un modèle collector en acétate naturel Mazzuqueli et verres minéraux Barberini.

Pour la campagne de la collection, Ignasi Monreal va plus loin dans sa création fantasque en imaginant deux masques en forme d’yeux voyageant dans une Rome de carte postale. Complètement décalé !


Toutes la collection par ici. 

Si vous avez aimé, partager
Article par Janis Burton
Dans la même
rubrique


Huntsman : 170 ans et toujours aussi glamour lire
Illusion de patine lire
Aller au bureau à vélo lire
Alain-Fabien Delon & Ernst Umhauer : Garçons complices lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #146 (version digitale)



Commander Montres #122 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique