Style > Mode & codes
écrit le 30 janvier 2020
modifié le 21 mars 2020

Illusion de patine

Berluti pousse un peu plus loin l’art de la personnalisation avec une technique de patine au pochoir qui donne un effet 3D.

Porte-documents Un jour en cuir Venezia avec patine écailles d'alligator effectuée au pochoir. ©Berluti


Porte-documents Un jour en cuir Venezia avec patine écailles d'alligator effectuée au pochoir. ©Berluti

«S’affirmer à travers ses souliers », pourrait être le claim de Berluti.

On connaissait le « hot stamping », le marquage à chaud de ses initiales, et le tatouage des peaux, inventé par Olga Berluti en 2003, permettant les dessins les plus fous sur n’importe quel modèle de la maison.

Aujourd’hui, une nouvelle technique a été mise au point associant la patine au pochoir traditionnel. Résultat : un effet en relief qui donne tout son sens au nom de cette nouvelle expérience : Patine Illusion. Le premier motif de pochoir – les écailles d’alligator – inaugure une longue série d’autres à venir.

Pour le moment, il suffit de choisir, sur le nuancier, la couleur qui viendra sublimer l’objet préféré parmi des souliers mais aussi des sacs, des ceintures et de la petite maroquinerie. Ensuite, le coloriste apposera le dit pochoir et appliquera sur le cuir Venezia, couche après couche, les pigments de couleurs, teintures et autres huiles essentielles indispensables à la fixation du motif.

Il massera la surface jusqu’à obtenir cet effet 3D qui ne sera visible qu’une fois le pochoir délicatement retiré. La couleur de la patine est comme rehaussée par ces motifs plus clairs. Presque aussi magique que la féérie de Noël… Une jolie idée cadeau à retenir pour tous les amoureux de cuir et de beaux souliers.

Richelieu Alessandro en cuir Venezia avec patine écailles d’alligator effectuée au pochoir. ©Berluti

Si vous avez aimé, partager
Article par J. B.
Dans la même
rubrique


Huntsman : 170 ans et toujours aussi glamour lire
Impers gagnants lire
La harrington jacket : Du green aux plateaux télé lire
Pyrenex, la doudoune qui venait des Landes lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #141



Commander Montres #119

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique