Style > Mode & codes
écrit le 3 décembre 2019
modifié le 9 décembre 2019

Martin Fourcade : « Je suis un imposteur en costume, j’ai l’impression d’être déguisé »

Le quintuple champion olympique de biathlon, égérie de Rossignol, est un amoureux de la nature et des grands espaces. Nous l’avons rencontré. On a parlé de style, de froid et de succès.

©Rossignol


©Rossignol

Les endroits qui vous ressourcent ?

J’aime souffler chez moi, dans les Pyrénées-Orientales. Côté Espagne, j’adore me balader à Monistrol de Montserrat. C’est le plus bel endroit du monde. La montagne est splendide et tellement apaisante.

Vos tips pour bien se protéger du froid ?

Qu’il fasse 0°C ou – 20°C, je porte à peu près les mêmes tenues très fines et techniques. Ce qui est cruciale, c’est de maintenir son corps au chaud ce que je fais en étant en exercice physique constant. Dès que le corps se refroidit, il est trop tard, vous aurez froid. Mieux vaut bien se couvrir dès le départ quitte à retirer des épaisseurs que l’inverse. C’est dur de faire partir le froid.

Quel sport nous conseillez-vous ?

Le ski de fond permet de s’évader et de s’oxygéner mais il faut connaître les lieux. Le ski à roulette a l’avantage de faire travailler tout le corps mais c’est assez exigeant techniquement. Selon moi, le VTT et la course à pied sont assez complets et plus adaptés aux citadins quand bien même ils seraient à la campagne. On est libre, sans contrainte de matériel, en pleine nature, un vrai plaisir.

Que représente Rossignol pour vous ?

C’est une marque que je connais depuis que je suis tout petit. Mon père déjà l’utilisait et j’ai fait mes « premiers pas » sur des skis Rossignol. Depuis 2017, j’en suis l’ambassadeur, c’est une grande fierté. Nous avons une histoire commune. Nous sommes tous les deux nés de la montagne, chacun recherche des performances et notre parcours nous a amené à découvrir d’autres univers.

S’il y avait une pièce à retenir cet hiver ?

C’est la doudoune Covershield©. Le concept est très astucieux. Comme un toit en ardoise, les compartiments se superposent et s’articulent afin de recouvrir les coutures pour que l’humidité et l’eau ne s’infiltrent pas.

Votre tenue au quotidien ?

Sneakers, jean, tee-shirt et sweat. Je suis un imposteur en costume, j’ai l’impression d’être déguisé.

Vous avez souvent été comparé à Jean-Claude Killy, lui aussi triple médaillé olympique. Il incarnait un idéal sportif aussi bien dans ses exploits que dans son style : lunettes pilote, bandana, sous-pull rouge, Rolex au poignet, etc. Avez-vous comme lui des gimmicks de style sur les pistes ?

En compétition, je porte des vêtements non pas pour leur style mais leur performance. Jean-Claude Killy incarne une autre époque. Le sport s’est beaucoup professionnalisé depuis, l’équipement s’est fonctionnalisé.

Le réchauffement climatique, l’enneigement de plus en plus faible en station sont-ils des sujets qui vous préoccupent ?

J’ai grandi en pleine nature, c’est une préoccupation majeure même si avec mon mode de vie et mes déplacements, j’ai une emprunte qui n’est pas neutre. Avec d’autres athlètes, on fait ce qu’on peut pour agir. À notre niveau bien sûr. Par exemple, il nous est arrivés de refuser les sacs en plastique que distribuait la Fédération nationale de ski lors de coupes du monde. C’est un grain de sable, j’en conviens… mais de plus en plus, nous agissons en faveur de l’environnement.

Certains vous considèrent comme le plus grand champion français de tous les temps. Qu’est-ce que ça a changé pour vous le succès ?

J’ai eu de la chance car ma médiatisation s’est faite de manière progressive. C’est beaucoup plus facile à gérer que du jour au lendemain. Ça m’a permis de me structurer. Il n’y a pas un jour où je ne suis pas sollicité. Bien sûr, parfois, c’est contraignant et je n’ai pas envie de jouer le jeu. Dans ce cas, je m’isole. Je suis d’ailleurs devenu un peu plus casanier qu’avant. Mais globalement, je suis ravi d’être reconnu dans ma pratique et de donner du plaisir aux gens.

Votre plus « belle défaite » ?

Je crois que ça a été de ne pas gagner le titre olympique de Vancouver en 2010. C’est ce qui m’a donné la « rage » de gagner celui de Sotchi.

Votre plus belle victoire ?

Sotchi donc en 2014, lorsque j’ai remporté pour la première fois un titre olympique. En termes de sensations, ça a été plus fort encore que de gagner une coupe du monde. J’y pensais jour et nuit à cette victoire, je l’avais complètement idéalisée.

La personne qui vous inspire ?

Kilian Jornet, cet alpiniste-explorateur catalan, qui a réussi deux fois l’ascension de l’Everest. Il a su rester très humble. C’est un vrai modèle.

La qualité essentielle pour devenir champion ?

Être exigeant avec soi-même et aimer ce qu’on fait.

Vous travaillez parfois dans des conditions extrêmes. Comment faites-vous pour être toujours motivé ?

En effet, il y a des matins, je n’ai pas envie… comme dans n’importe quel travail. C’est sans doute ce qui fait la différence entre la passion et le travail. La motivation n’est pas innée. Elle se crée, elle se génère. Je pense à mon envie de gagner, au fait de faire du bien à mon corps… Tous les jours, je travaille ma motivation.


Retrouvez le quotidien du champion dans la mini web serie Another best day with Martin Fourcade.

Si vous avez aimé, partager
Article parPropos recueillis par Janis Burton
Dans la même
rubrique


Les surprises de l’automne lire
Massimo Dutti : le premier défilé à Paris lire
Brad Pitt est le nouvel homme Brioni lire
Hackett s’installe sur Savile Row lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #140



Commander Montres #118

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique