Style > Les élégants du siècle
écrit le 8 mai 2020
modifié le 11 mai 2020

Les interviews #MonsieurConfiné

Retrouvez chaque semaine, les minis questionnaires d'hommes inspirants et très Monsieur dans l'intimité de leur confinement.

De gauche à droite : Emeric Delalandre, fondateur de Hegid / Frank Traisnel, responsable marketing et communication Wicket / Alexandre Chapellier, fondateur de Cinabre / Vincent Thevenon, président de la Maison Thevenon.


De gauche à droite : Emeric Delalandre, fondateur de Hegid / Frank Traisnel, responsable marketing et communication Wicket / Alexandre Chapellier, fondateur de Cinabre / Vincent Thevenon, président de la Maison Thevenon.

#MONSIEURCONFINÉ : Emeric Delalandre, fondateur de Hegid

Lieu d’incarcération ? Au vert, dans la maison de famille, en Normandie.

Emploi du temps ? Semaine :

• Réveil 8h00

• Petit-déjeuner en famille : 8-9h

• Télétravail : 9-12h00

• Déjeuner : 12-14h00

• Télétravail : 14-19h00

• Sport : 19-20h00

• Apéritif et dîner en famille : 20-22h00

• Skype/film/lecture/Mooc en tout genre : 22-1h00

Weekend : Pareil, la différence avec la semaine s’est clairement perdu.

Ce qui vous manque le plus ? Mes proches, le sentiment de liberté.

Uniforme ? Jean, sweat ou polo, montre Hegid Vision (pour ne pas rater l’heure de la séance de sport).

Le positif dans tout cela ? Prise de recul sur beaucoup de choses. J’ai aussi fait du tri dans mon dossier « À ranger ».

La première chose que vous ferez à la libération ? J’irai visiter mes grands-parents. Puis j’irais voir la mer, avant de retourner à Paris. Si tout cela est autorisé bien sûr.


#MONSIEURCONFINÉ : Frank Traisnel, responsable marketing et communication Wicket

Lieu d’incarcération ? Dans l’Orne en Normandie, depuis le 17 mars.

Emploi du temps ? Télétravail, lecture et énormément de jardinage : c’est un vrai boulot, je vous assure.

Ce qui vous manque le plus ? L’idée de pouvoir être ailleurs simplement, d’aller faire une balade en voiture.

Uniforme ? Bermudas et manches courtes dès que la température dépasse 18°C ! Toujours des couleurs vives sinon c’est triste. Le chapeau de paille est mon ami à la campagne.

Le positif dans tout cela ? Appréhender le temps qui passe… humm ! On se pose beaucoup de questions quand on est reclus.

La première chose que vous ferez à la libération ? Me faire couper les cheveux ! Puis dîner au restaurant avec les bons copains et choisir un costume en Prince de Galles pour cet été.


#MONSIEURCONFINÉ : Alexandre Chapellier, fondateur de Cinabre

Lieu d’incarcération ? Escorpain, dans un château en ruine. Je suis parti comme ouvrier agricole, dans une ferme bio.

Emploi du temps ? Planter des asperges en permaculture et aller surveiller les chèvres.

Ce qui vous manque le plus ? Les voyages et la vie, la nuit.

Uniforme ? Tenue de travail dans les champs : pantalon treillis vintage avec ma ceinture tressée Cinabre. Mon gilet en laine Woolpower, tricoté à la main en Suède, n’est jamais loin quand il commence à faire froid.

Le positif dans tout cela ? L’apprentissage de la nature et des plantes. C’est fascinant et ça prête à réflexion en ce moment.

La première chose que vous ferez à la libération ? Boire des « spicy margaritas » avec mes amis.


#MONSIEURCONFINÉ : Vincent Thevenon, président de la Maison Thevenon

Lieu d’incarcération ? Chez moi en famille et au bureau à Paris.

Emploi du temps ? Après quelques exercices de gainage et deux cafés en lisant la presse, je pars au bureau à 2 pas de chez nous. Avec ce temps qui semble figé, j’ai beaucoup de plaisir à travailler sur nos projets et collaborations. Une de mes filles, Inès ou Olivia, m’accompagne chaque jour, elle fait son travail et on s’amuse à partager nos avis sur les harmonies de couleurs et designs de mes prochaines collections.
Le soir, on passe tous en cuisine pour préparer le dîner, moment souvent chaotique mais tellement sympa. Ensuite avec ma femme, on retrouve notre séance cinéma quotidienne, gros succès avant hier avec La Gifle de Pinoteau, plus mitigé hier soir avec Ludwig de Visconti. Le week-end, place aux classiques de notre enfance en famille avec Depardieu, Louis de funès et Pierre Richard

Ce qui vous manque le plus ? Un bistro parisien avec œuf mayo, terrine, blanquette… le tout entouré de copains.

Uniforme ? « Casual Confinement » : jean, veste, mocassins.

Le positif dans tout cela ? Le soleil depuis 1 mois dans une ville qui n’a jamais été aussi belle ! Mais surtout l’obligation de se recentrer sur l’essentiel : je suis assez naïf pour croire que ce mouvement en faveur de valeurs qui me sont chères va s’amplifier. L’homme et la nature reviennent au centre du jeu avec un savoir-faire unique dans le respect d’une tradition française dont nous sommes fiers.

La première chose que vous ferez à la libération  ? Revoir Un jour sans fin pour conjurer le sort.


RETROUVEZ TOUS LES INTERVIEWS DE NOS #MESSIEURCONFINÉS, ICI.

Si vous avez aimé, partager
La rédaction
Dans la même
rubrique


Les interviews #MonsieurConfiné lire
LES INTERVIEWS #MONSIEURCONFINÉ lire
Les interviews #MonsieurConfiné lire
LES INTERVIEWS #MONSIEURCONFINÉ lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #144



Commander Montres #121 Automne 2020

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique