écrit le 6 septembre 2017
modifié le 22 novembre 2017

John Malkovich : « L’élégance ? C’est la façon dont vous vous frayez un chemin dans l’existence »

Acteur, réalisateur, John Malkovich est aussi couturier. Il a lancé sa propre marque de prêt-à-porter il y a 6 ans. Président cette année de la 9e édition des PV Awards du salon Première Vision, il répond à nos questions.

Il y a 6 ans, vous lanciez votre propre marque de mode.
Qu’est-ce qui vous a poussé à démarrer cette aventure ?
Il y a toujours énormément de satisfaction à laisser libre cours à son expression personnelle. Se concentrer sur ce que l’on veut et ne pas se soucier de ce que les autres veulent que vous soyez… Dessiner des vêtements est devenu pour moi un véritable territoire d’expression, tout comme le cinéma ou le théâtre.

La mode, cela veut dire quoi concrètement pour vous ?
Le mot en lui-même ne signifie rien de précis pour moi, ou plutôt, il peut signifier beaucoup de choses, la plupart négatives. Je ne suis pas sûr d’être moi-même dans ce qu’on appelle communément le « fashion business ». Je n’ai pas l’impression de faire de la mode. Je crée juste des vêtements que j’espère agréables à porter. Appartenir au monde de la mode obéit à un certain nombre de règles auxquelles je ne me plie pas. Mais cela viendra peut-être un jour.

Vous dessinez vos propres modèles ?
Où avez-vous appris à dessiner ?
Oui, je dessine tous mes modèles. J’ai appris tout seul. Mais je ne prétends pas y exceller. Cela me prend du temps. L’important c’est que le dessin arrive à véhiculer l’idée et l’impression du vêtement que je cherche à réaliser. C’est là l’essentiel.

Vos dernières créations ?
Je viens de créer 3 collections capsules d’une dizaine de pièces chacune qui seront vendues sur mon site et dans quelques concept stores dans le monde, à Amsterdam, Miami et New York.

Qu’est-ce qui vous inspire en général ?
Les voyages, l’Histoire et l’incroyable diversité de ses époques. Les personnages, les gens que je croise dans la rue, la musique, la littérature, la peinture ou d’autres formes artistiques comme le design. Pratiquement tout ce que je lis et toutes mes rencontres m’influencent d’une manière ou d’une autre.

Vous avez accepté d’être le président du jury de la 9e édition des PV Awards. Pourquoi ?
Si j’ai accepté, c’est parce que cela faisait plusieurs fois qu’on me le demandait. Je suis fidèle à ce salon depuis plus de 15 ans et je ne rate pas une seule édition. C’est chaque année une joie de découvrir de nouveaux tissus, de nouveaux designs, de nouvelles matières innovantes… Je suis très heureux de pouvoir mettre en lumière des talents dont le travail n’est pas reconnu et qui passent souvent inaperçus. Première Vision est l’une des occupations liées à mon travail que je préfère, voire celle que je préfère parmi toutes les autres.

Parlez-nous de votre fascination pour les tissus ?
Je suis collectionneur de tissus depuis la première heure. Tout cela est lié à mon intérêt pour le costume. Je possède des tissus d’Afrique du Nord tissés à la maison, des soies chinoises, beaucoup de lins anciens. J’ai aussi de nombreuses pièces de fabricants italiens : Sarti, Ricceri… C’est le point de départ de toutes mes collections. Ce qui m’intéresse ce sont les matières que je peux transformer dans des pièces agréables à porter. Je les aime naturelles et destinées à durer longtemps.

On vous voit souvent flâner à l’Isle-sur-la-Sorgue, dans un style très bohème… Est-ce votre style préféré ?
Yeah, well… quand je vais à l’Isle-sur-la-Sorgue, je m’habille selon l’humeur du moment, sans me poser d’autres questions.

Pouvez-vous nous donner votre propre définition du style et de l’élégance ?
Ma définition du style ? La seule constante dans la vie ! L’élégance ? C’est la façon dont vous vous frayez un chemin dans l’existence.

Difficile de ne pas vous poser au moins une question sur votre métier de comédien… Le film dans lequel vous avez préféré jouer ?
Cela dépend s’il s’agit d’un film dans lequel j’ai passé d’excellents moments ou d’un film que je considère avoir obtenu les meilleurs résultats. J’ai aimé travailler dans Making Mr. Right (1), Color me Kubrick (2) et Shadow of the Vampire (3). Je pense que Dangerous Liaisons (4) ou Being John Malkovich (5) sont probablement les films les plus aboutis, peut-être, en termes de qualité et de produit fini.

Votre film préféré en général ?
Je ne sais pas si j’en ai vraiment un. La bataille d’Alger (6) ? Night Train to Munich (7) ? Broadway Danny Rose (8) ? Le Conformiste (9) ? Je ne suis pas très bon à sélectionner et évaluer les choses, mon cerveau fonctionne généralement différemment.


(1) Et la femme créa l’homme parfait (1987).
(2) Appelez-moi Kubrick (2005).
(3) L’ombre du vampire (2000).
(4) Les liaisons dangereuses (1988).
(5) Dans la peau de John Malkovich (1999).
(6) La Battaglia di Algeri (1971).
(7) Train de nuit pour Munich (1940).
(8) Broadway Danny Rose (1984).
(9) Il conformista (1970).

 

www.johnmalkovich.com

Si vous avez aimé, partager
Article par Caroline Knuckey
Dans la même
rubrique


JFK : l’américain ivy

lire

La « french touch »

lire

Shopping : Business classe

lire

Shopping : chic en deux-roues

lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #128

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #110

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique