écrit le 7 septembre 2017
modifié le 2 novembre 2017

Essai Auto Bentley : la puissance en grande mesure

La nouvelle Bentley Mulsanne propulse la tradition des plus fastueuses limousines britanniques dans la modernité connectée, avec style et élégance. Monsieur l’a essayée.

Laver soi-même sa voiture permet de mieux en comprendre le design. C’est du moins ce que prétendait le carrossier Pietro Frua. Un plaisir simple que pourtant peu de propriétaires de la nouvelle Bentley Mulsanne s’offriront. La puissance remarquable de 537 ch du V8 biturbo de 6,8l ne dépare pas pour une voiture une nouvelle fois baptisée du nom du virage le plus rapide du circuit du Mans, où Bentley s’illustra 6 fois, à partir de 1924, et en 2003.

Mieux, les puristes aimeront savoir qu’elle abat le 0 à 100 en seulement 4,9 s. Aussi bien qu’une GT actuelle. Accouplée à une boîte de vitesses ZF à 8 rapports, cette mécanique de rêve est onctueusement domptée. Une pression sur l’une des commandes du tableau de bord suffirait à la réveiller de manière joueuse, affermissant au passage les suspensions.

Quatre fois le prix d’une BMW série 7

Mais, c’est surtout au silence que les heureux propriétaires veulent goûter. Une quiétude qui peut être remise en cause par le système audio développé en collaboration avec le britannique Naim, avec 20 haut-parleurs alimentés par un amplificateur de 2 200 watts, géré par un processeur numérique. Des casques individuels connectés, aux écouteurs de cuir, permettent l’écoute de programmes différents. Car cette limousine du nouveau millénaire, facturée 362 395 €, est un modèle de connectivité.

Si le chauffeur bénéficie d’une lecture tête haute du GPS, les passagers peuvent à loisir transformer le salon arrière en salle de spectacle privative ou en bureau mobile. Le choix d’un tel véhicule par des capitaines d’industrie et autres puissants de la planète se comprend immédiatement lorsque l’on fait apparaître l’ensemble des équipements.

Des tablettes rétractables modulaires aux éclairages, en passant par les écrans tactiles, ou les sièges extensibles dignes des meilleurs avions d’affaires, tout est pensé pour le confort et l’efficacité, avec les instruments les plus à la pointe du moment.

Les évolutions de technologies ont été prises en compte par les designers et les ingénieurs de Crewe, en particulier Brett Boydell, responsable du style intérieur, puisque tous ces instruments peuvent être mis à jour, ou même remplacés lorsque ce sera nécessaire.

Acier, carbone, velours, laine, bois

Autre atout chic, tout se dissimule. Les écrans s’engloutissent avec aisance dans les sièges, et les tablettes dans l’accoudoir. Les matériaux employés sont d’une qualité rare. Une singularité par rapport aux berlines actuelles aux parements froids et uniformes.

Les plastiques sont heureusement proscrits. Seuls acier, carbone, aluminium, cuir, velours, laine, bois ou chrome ont le droit de cité. Les bouches d’aération en « œil de bœuf », signe distinctif, sont en inox chromé. L’air conditionné y fait naître une buée assez sensuelle. Justement, puisque les 5 sens sont à la fête, direction la Champagne pour un essai grandeur nature. La route s’avale avec aisance.

Un salon roulant aussi confortable qu’un jet

Les rideaux permettant de rendre anonyme les passagers étant ouverts, il n’est pas rare de voir le regard des passants dans les rues étroites de Reims étonnés de l’agilité avec laquelle la majestueuse limousine se faufile, grâce à une direction aussi précise qu’assistée et un rayon de braquage à faire rêver un taxi londonien. La version longue s’étire pourtant sur 5,82 mètres, soit 25 cm de plus que le modèle « standard » de la Mulsanne.

Les passagers ont donc tout loisir de s’installer pour découvrir une grande cuvée de champagne, surtout que la voiture est équipée d’un réfrigérateur contenant des flûtes, ou de prendre le temps de lire leur magazine préféré en laissant le chauffeur profiter des qualités routières. à moins que parfois, Monsieur ne préfère prendre le volant ?

Si vous avez aimé, partager
Article par Frédéric Brun
Dans la même
rubrique


5 raisons d’aimer la nouvelle Audi A8

lire

Des montres et des autos

lire

En roue libre

lire

Harley la légende

lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #128

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #110

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique