Style > Mode & codes
écrit le 19 juillet 2018
modifié le 26 septembre 2018

Tendance : Le « costume short » 

Avec la chaleur, le pantalon de costume raccourcit. Du moins sur les podiums et auprès d’un petit cercle de l’« eleganza ». Une tendance à prendre ou à laisser ?

Les businessmen bermudiens ont conservé la tenue des colons anglais du XIXe siècle. Seul variante : le bermuda, désormais de couleur flashy. Ici, ceux de la maison TABS, les authentiques bermudas fabriqués aux Bermudes.


Les businessmen bermudiens ont conservé la tenue des colons anglais du XIXe siècle. Seul variante : le bermuda, désormais de couleur flashy. Ici, ceux de la maison TABS, les authentiques bermudas fabriqués aux Bermudes.

Florence, juin 2017. Trois élégants déambulent dans les allées du Pitti Uomo, le salon de prêt-à-porter masculin à Florence. Il fait chaud. Tous les trois sont en veste avec chemise, cravate, pochette et fleur à la boutonnière. Un détail surprend lorsqu’on baisse les yeux : chacun porte un bermuda. L’uniforme préféré des boy-scouts, montrant genoux et mollets. Qu’à cela ne tienne, pieds nus dans leurs mocassins, eux voguent sur la sprezzatura, contents d’avoir trouvé la bonne option pour garder du style lorsque le baromètre affiche 30°C.

Costume pantacourt ?

Pharrell Williams, lui, porte le costume short sur les tapis rouges, et même un « smoking short ». Peur de rien ! Sur les podiums, on ne compte plus les marques qui le déclinent en été ; cette année, Thom Browne, Boss, Calvin Klein, Kenzo, Dirk Bikkembergs…Chez Louis Vuitton, il devient « costume pantacourt » (vous avez bien lu) et chez Dior Homme ultra sport.

Rien de nouveau au soleil cependant. Le « costume short », devrait-on dire le « costume bermuda », existe depuis les années 1900. C’est à cette époque que les militaires de la Royal Navy, alors installés dans l’Archipel des Bermudes, obtiennent le droit de raccourcir leur pantalon juste au-dessus du genou. C’est qu’il fait très chaud aux Bermudes. Le contre-amiral Mason Berridge y fit ajouter des chaussettes montantes pour compléter l’uniforme.

7,5 cm au-dessus du genou

Encore aujourd’hui, les businessmen bermudiens portent cette tenue tout aussi bien au bureau que pour sortir. Mais celle-ci est encadrée par un code strict : le bermuda doit être coupé à 7,5 cm au-dessus du genou, comporter des pinces et être accompagné d’un blazer, d’une cravate de régiment, de mocassins à glands et de chaussettes montantes.

Pour s’éloigner du conformisme colonial, les Bermudiens optent pour des couleurs de bermuda flashy, jaune, rose, vert pomme… Ce n’est pas un hasard si Churchill disait que « Le short est un choix détestable, sauf s’il vient des Bermudes ».

Seulement, la France, ce ne sont pas les Bermudes. D’abord, les chaussettes montantes, en soi très élégantes sur un
Bermudien font un peu cliché. Il n’y a que Thom Browne pour se réapproprier l’ensemble de la tenue avec style. Alors, peut-on porter la veste-bermuda-cravate au bureau quand il fait chaud ? Si vous travaillez à La Défense ou dans une banque, pas sûr que vos mollets exhibés remportent un grand succès. On l’a vu avec les canicules de 2017, le bermuda au travail est un sujet sensible. N’allez pas travailler en jupe pour autant.

Ni trop court, ni trop long

En fait, tout dépend des codes vestimentaires de votre entreprise. Si elle tolère le bermuda, dans ce cas, portez-le exactement comme un pantalon de costume. Ne le choisissez pas trop court, ni trop long. Les 7,5 cm au-dessus du genou des Bermudiens semblent un bon compromis. Pour un look très trendy, osez les pieds nus dans des mocassins, tennis en toile blanche ou mieux bucks… Pensez aux socquettes pour plus de confort. La veste peut être droite ou croisée, dans la même matière que le bermuda ou dépareillée comme aux Bermudes ; la cravate à votre guise. Quant à la chemise, à manches longues évidemment. On raccourcit le bas, pas le haut.

Si vous avez aimé, partager
Article par Hélène Claudel
Dans la même
rubrique


La sprezzatura italienne lire
Le chic anglais lire
Shopping : Quel maillot de bain cet été ? lire
Éric Tabarly, l’idole des houles lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #134



Commander Montres #114

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique