montres > Les montres de
écrit le 22 septembre 2017
modifié le 25 septembre 2017

Le Prince Charles

Synonyme de permanence et de durée, la monarchie parait insensible au temps qui passe. pourtant, en matière d’horlogerie, le prince Charles dévoile des goûts d’esthète.

Elégance et discrétion à l'anglaise. Le prince de Galles, réputé pour sa distinction, ne laisse que rarement paraître sa montre au poignet. Un oeil avisé reconnaîtra néanmoins l'une de ses Patek Philippe, par exemple une Calatrava Disco Volante référence 2551.


Elégance et discrétion à l'anglaise. Le prince de Galles, réputé pour sa distinction, ne laisse que rarement paraître sa montre au poignet. Un oeil avisé reconnaîtra néanmoins l'une de ses Patek Philippe, par exemple une Calatrava Disco Volante référence 2551.

La ponctualité est la politesse des rois. Prince de Galles et prochain monarque britannique, Charles fait partie des hommes qui n’ont pas besoin d’être à l’heure mais le sont toujours. Le protocole, son efficace secrétariat particulier et son valet, Ken Stronach, y veillent avec un soin permanent et attentionné. Tout s’organise avec rigueur et précision autour de lui. Chaque coup d’oeil que le prince donne à sa montre, n’est qu’un pur moment de plaisir, dénué de l’obligation de lire l’heure exacte. Dès lors, s’il est vrai que le choix d’une montre révèle une personnalité et dévoile un style, cette affirmation prend tout son sens avec le Prince de Galles.

Connu pour son élégance recherchée, le fils aîné de la reine Elizabeth II a toujours fait preuve de goûts classiques mais raffinés, drapant la modernité de ses idées dans la pure tradition anglaise. Avec des liens très durables envers ses fournisseurs, dont il ne varie que rarement. Ils sont évidemment distingués de l’emblème princier, un cimier porteur de trois plumes d’autruche. Un attribut dont ils peuvent marquer leur devanture et frapper leur papier à lettre. Il figure sur le fond de la montre que le prince a reçu en cadeau pour ses soixante ans, avec l’inscription « In commemoration of your 6Oth Birthday. 14 novembre 2008 ». Le boîtier en or du régulateur référence 3680 BA à remontage automatique a ainsi été finement gravé en son honneur. Délicate attention de la maison Breguet, liée à la famille royale britannique depuis la reine Victoria. En revanche, la maison horlogère Patek Philippe ne s’est pas aventurée à faire sienne la prestigieuse estampille.

Un prince très fidèle 
Car l’obtention du « Royal Warrant » est soumise à des règles très strictes. Pourtant, depuis plus de cinquante ans, Charles lui est fidèle. Si jeune élève officier de la marine royale il portait une Rolex « Bubbleback », il se laissera aussi séduire par une Cartier Santos sur cuir. Mais depuis de nombreuses années, la plupart du temps, qu’il soit en costume de ville, invariablement croisé, ou en uniforme de l’un des régiments dont il est colonel en chef, le prince porte, avec autant de discrétion que de distinction l’une de ses montres rondes en or jaune. Les observateurs les plus avisés reconnaîtront souvent un modèle rond, très simple, à trois aiguilles, de la fin des années soixante : une Calatrava Disco Volante référence 2551. Le prince l’a reçu en cadeau de la part de sa grand-mère, Elizabeth la reine-mère. Ou alors, un chronographe, plus récent, toujours en or jaune et de la référence 5970. Un goût familial pour la manufacture suisse, puisque la reine arbore régulièrement une Patek Philippe Elipse, sertie et unique.

Si aucune commande spéciale réalisée pour le Prince Charles n’est connue publiquement à ce jour, en revanche plusieurs séries spéciales ont été réalisées par Chopard, sur la base du modèle L.U.C Tonneau. Une initiative très louable, née de de la rencontre du prince avec Caroline Scheufele, le 13 juin 1998, en marge d’un tournoi de polo disputé sous une pluie battante. La famille fondatrice de Chopard décida d’apporter un concours très concret à la fondation princière, dévouée depuis plus de trente ans à la protection de la nature et de l’environnement, à l’art et à la culture, en reversant une partie significative des ventes. Très recherchées des collectionneurs, ces montres, au cadran frappé de l’insigne princier, n’ont été éditées qu’à deux cent pièces dans chaque version, dont certaines éditions serties. Très heureux de ce partenariat fructueux, il se murmure désormais que la fondation princière pourrait bientôt créer la surprise, en lien avec un horloger au style résolument contemporain. Tout un symbole. Celui d’une institution séculaire en phase avec son temps.

Si vous avez aimé, partager
Article parFrédéric Brun
Dans la même
rubrique


le dalaï lama lire
Les montres de Sylvester Stallone lire
Patek Philippe : L’acier de référence lire
Jaeger-LeCoultre : voyage au coeur de la Grande Maison lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #134



Commander Montres #114

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique