Style > Mode & codes
écrit le 10 décembre 2018
modifié le 18 mars 2019

Le pull moche de noël

Le 21 décembre sera le Christmas Jumper Day, la journée internationale du pull de Noël. Une tradition anglo-saxonne qui tente de s’imposer chez nous. À prendre ou à laisser ?

En 2016, au musée Madame Tussauds, la famille royale posait avec chacun son pull de Noël


En 2016, au musée Madame Tussauds, la famille royale posait avec chacun son pull de Noël

À la City de Londres, tous les 3vendredis du mois de décembre, le costume gris est relégué au fin fond de l’armoire. À la place, un pull aux couleurs criardes et aux motifs de Noël un brin ringards, parfois orné de pompons ou de guirlandes, c’est le « Christmas Jumper Day » autrement baptisé « Ugly Christmas Sweater Day », en clair, c’est « le jour du pull moche de Noël ». Une tradition anglo-saxonne qui date de 2011 et qui fait partie de ces « journées mondiales » improbables qui ne servent pas à grand-chose sauf à nous faire sourire.

Un retour (ou plutôt une arrivée)

Mais avant d’être une blague, le pull de Noël était une tradition familiale très premier degré. À cette période de l’année, les tantes et grands-mères tricotaient ces pulls bien chauds pour les neveux et petits-enfants et il n’y avait pas intérêt à s’en moquer. Il faut se mettre à la place de tante Yvonne qui avait passé des heures, voire des nuits sur son tricot. Mais tante Yvonne n’a jamais vraiment eu bon goût. Ça tombe bien.

Aujourd’hui, son pull kitsch et si régressif est super tendance. Un retour (ou plutôt une arrivée) en grâce que l’on doit en partie à Bridget Jones qui croisa au dîner de Noël 2001 l’homme de sa vie (Colin Firth alias Mark Darcy) habillé d’un horrible pull orné d’une tête de renne. Cette scène, devenue mythique, inspira sans doute les étudiants de Vancouver à organiser (en 2002) la première fête du pull moche avec remise de prix au plus laid de tous.

Cette scène de Bridget Jones est à l’origine de l’engouement.

Attention, ça pique les yeux

Ce concept fit le buzz et se développa dépassant largement la sphère étudiante.

« Maintenant, il n’y a pas que les jeunes qui organisent ces soirées. Il y a des soirées Ugly Christmas Sweater dans les entreprises, explique l’Américaine Anne-Marie Blackman de la boutique en ligne dédiée My Ugly Christmas Sweater.

J’ai même des commandes de personnes qui me demandent de faire des pulls de Noël avec la tête de leur patron dessus.»

Du bon goût, on vous a dit. Sur son site, elle propose également des costumes de Noël, tout bariolés, avec cravate assortie. Attention, ça pique les yeux.

En France, s’il reste marginal, le phénomène commence à gagner certaines entreprises, une initiative pour souder les salariés ou tout simplement un défi entre collègues. En tout cas, seuls certains secteurs semblent être concernés comme la communication ou les IT.

Même la famille royale

Quoi qu’il en soit, depuis les années 2000, le marché du pull de Noël explose. C’est ainsi qu’en 2011, Amazon voit ses ventes de Christmas Jumper augmenter de 600 % ! Au fil des années, ses motifs ont évolué échangeant parfois les rennes, pères Noël, sapins et autres bonhommes de neige par des éléments issus de la culture pop (Dark Vador, chatons, etc.).

En 2012, le New York Times le déclare définitivement « tendance » avant que le Vogue US n’explique pourquoi il en faut un, avec à l’appui un passage en revue des plus « ugly-chics » (Marni, Miu Miu, Dolce & Gabbana).

David Beckham adore et en porte un chaque année, tout comme Snoop Doggy Dogg. L’année dernière, la famille royale posait avec chacun le sien au musée Madame Tussauds à Londres. Même si les personnages sont en cire, l’initiative au profit de l’association Save the Children a amplifié le phénomène. On ne compte pas le nombre d’hashtags consacrés au moment de Noël.

Ralph Lauren, Hircus, Junya Watanabe, Chevignon, etc… les marques ont bien compris que le Jumper Christmas a de beaux jours devant lui… Chacune le décline à sa manière, pour le meilleure et parfois pour le pire. À vous les pulls moches ! Vous serez peut-être le grand gagnant de la prochaine Jumper Christmas Party du bureau. Et, souvenez-vous, le « ridicool » ne tue pas.


NOTRE SÉLECTION POUR DEVENIR UGLY-CHIC

Si vous avez aimé, partager
Article parHélène Claudel
Dans la même
rubrique


Le phénomène denim lire
Le slip Made in Troyes lire
Les modes passent, Mettez reste lire
La montagne à la ville lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #136



Commander Montres #Hors-Série Collectionneur 2019

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique