écrit le 21 septembre 2017
modifié le 31 octobre 2017

Les 3 conseils de Charles Bellanné alias « monsieur chaussure »

Ce spécialiste de l’entretien du soulier, d’abord en ligne, depuis peu rue de Miromesnil, nous donne ses astuces pour garder ses chaussures longtemps

1- Toujours mettre ses souliers sur des embauchoirs 
Nous transpirons tous dans nos souliers. Il faut donc toujours les laisser sécher avant de les porter une seconde fois. Les embauchoirs permettront d’absorber cette humidité et lisseront le cuir. Cela évitera les plis de marche et que vos chaussures ne ressemblent à des babouches. Après, il faut le bon embauchoir. Si vous portez une paire régulièrement, on choisira un bois qui absorbe plus l’humidité comme le cèdre. En revanche, si vous ne les portez que très rarement, vous pouvez vous permettre de beaux embauchoirs en hêtre verni.

2- Laisser le cuir respirer
Le cuir s’entretient comme notre propre peau. Si vous mettez de la pâte de cirage sans avoir nettoyé vos souliers, c’est un peu comme si madame se maquillait sans s’être démaquillée au préalable. C’est très mauvais pour sa peau. Ça l’est aussi pour le cuir. Les bonnes étapes : d’abord le nettoyage avec un lait nettoyant, ensuite l’hydratation avec une crème de cirage et enfin, le « maquillage » avec une pâte de cirage en cire d’abeille qui laissera sur le soulier une fine pellicule de protection. Il n’est pas nécessaire de le faire trop souvent. Mais il faut faire à chaque fois ces 3 étapes. Toutes les deux semaines à trois mois, en fonction de la fréquence du port du soulier.

3- Utiliser de bons chausse-pieds
En général, si l’on a des souliers à notre taille, les chausse-pieds sont indispensables pour pouvoir y glisser le pied. Surtout au début, lorsque le cuir n’est pas encore fait. En bois ou gainés cuir, ils sont souvent trop épais et abîment le contrefort du soulier. Les choisir moins luxueux mais plus fins.


Charles Bellanné

Monsieur Chaussure
57, rue de Miromesnil, Paris VIII.
https://www.monsieurchaussure.com/fr/

Si vous avez aimé, partager
Article par Hélène Claudel
Dans la même
rubrique


De la patine à l’art contemporain

lire

Parler comme un bottier

lire

Aubercy, la haute cordonnerie

lire

Made in Portugal

lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #128

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #110

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique