écrit le 25 avril 2016
modifié le 28 novembre 2017

S'habiller comme papa, un jeu d'enfant

Les grands noms de la mode masculines imaginent des répliques miniatures de leur collection. De véritable copier-coller pour tout faire comme papa.

Depuis longtemps aux USA, Brooks Brothers et Ralph Lauren proposent des collections for boys calquées sur le vestiaire paternel. En France, le concept est arrivé plus tard. Un des pionniers est sans doute la maison Lacoste qui déclina dès 1959 son célèbre polo à croco.

Dans les années 90, Vilebrequin propose aussi ses maillots de bains « tel père tel fils » en élargissant l’ensemble de sa gamme adulte à l’enfant de 2 à 14 ans. La marque tropézienne a compris les nouveaux rapports qui se dessinent entre les deux générations et cette tendre complicité, ce fun assumé qui se tisse entre eux désormais. Eden Park qui surfe sur les valeurs fraternelles du rugby, cultive aussi cet esprit mini-me depuis près de 20 ans. Tout comme la maison Crémieux qui décline à l’identique son garçonnet preppy.

Le style, une affaire de transmission
Sous l’impulsion de la mode « mère-fille » mais aussi parce que les pères d’aujourd’hui ont changé et s’impliquent beaucoup plus dans l’éducation de leur enfant y compris au niveau de la garde-robe, de nombreuses marques masculines jouent la carte du copier-coller, au grand bonheur de toute la famille, de tout le « clan ». Cyrillus, Hackett, Mc Gregor, Hugo Boss, Burberry, Timberland, Tommy Hilfiger, Acne Jr.… la liste est longue. S’habiller n’est plus l’apanage des femmes : c’est devenu aussi une affaire d’hommes et même de transmission, de valeurs et de goûts. Un peu comme en Italie où l’on se transmet l’art de la sprezzatura de père en fils ou en petit-fils pour reprendre l’exemple de Gianni Agnelli et Lapo Elkann.

 

Si vous avez aimé, partager
Article par Janis Burton
Dans la même
rubrique


Les hommes de nos vies

lire

Père & Fils, Une histoire d’amour

lire

Des livres contre des maux

lire

Boutet de Monvel, reconnaissance d’un peintre mondain

lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #128

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #110

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique