montres > Air du temps
écrit le 25 juin 2019
modifié le 4 juillet 2019

Montres horlogères connectées, où en est-on ?

Difficile d’ignorer la montre connectée, il s’en vend plus de 10 millions par an. Alors, comment les acteurs de l’horlogerie l’intègrent à leur univers­ ?

L’Hybrid Manufacture de Frédérique Constant a inauguré une nouvelle catégorie de montres qui marie mécanique classique et module connecté.


L’Hybrid Manufacture de Frédérique Constant a inauguré une nouvelle catégorie de montres qui marie mécanique classique et module connecté.

La montre connectée, sorte d’extension du smartphone, est relativement récente. La vedette du secteur, l’Apple Watch est apparue en 2014. La haute horlogerie, qu’on dit souvent « ­figée et traditionnelle­ », s’est prestement emparée de ces objets technologiques. Dès 2015 en effet, Bulgari et Montblanc proposent leur modèle connecté.

TAG Heuer ou Frédérique Constant leur emboîtent les rouages peu après. Les débuts sont hésitants. Les manufactures découvrent un univers inconnu, celui du high-tech. Aujourd’hui, on trouve sur ce marché une grosse poignée d’intervenants. Et les chiffres commencent à décoller. Chez Frédérique Constant, la montre connectée représente déjà 25­% des ventes totales.

« ­Le connecté c’est l’avenir », assène Maxime Herbelin, le DG de Michel Herbelin.

« Nous travaillons sur une nouvelle mouture de notre Newport Connect qui sortira en 2020 ». La première génération de montres connectées a essuyé les plâtres. Elle a rapidement été remplacée par des modèles techniquement améliorés. Ainsi, la Connected 41 de TAG Heuer, apparue en 2018, profite-t-elle d’un écran à la résolution améliorée et de capacités de stockage et de mémoire accrues.

L’Alpina AlpinerX Édition Spéciale Freeride World Tour 2019 est éditée en une série limitée à 250 exemplaires spécifiquement dédiée à cette course de l’extrême à ski et snowboard.

L’obsolescence rapide de l’électronique entre en conflit avec la pérennité revendiquée par les horlogers suisses. «­ Contrairement à un module électronique, un mécanisme traditionnel se démonte, se répare. Une montre se transmet de génération en génération », rappelle Maxime Herbelin. La corvée de recharge quotidienne constitue l’autre inconvénient majeur de ces objets.

« ­Le risque c’est que ces objets finissent dans un tiroir ­», prévient Maxime Herbelin. Pour éviter cela, certains fabricants élaborent des piles longue durée.

Celle de l’Alpina, AlpinerX, se change tous les 2 ans. Pour faire la différence avec les montres connectées moins chères, les horlogers arborent fièrement les codes des garde-temps de luxe.

FONCTIONS À LA MODE

La dernière collection Marq de Garmin troque ainsi le plastique pour un élégant boîtier rond en titane et une lunette en céramique. Techniquement, plusieurs solutions existent.

La Hublot Big Bang Referee 2018 FIFA World Cup Russia a aidé les arbitres à valider les buts lors de la

« Frédérique Constant et Alpina ont choisi de développer des montres à mécanisme traditionnel intégrant un module électronique », explique Yohan Bizy, directeur de Templus. Une montre hybride en quelque sorte. La pièce conserve cadran et aiguilles classiques.

Les fonctions connectées sont consultables via le smartphone attaché. Les horlogers tentent de connecter leur modèle à leur ADN.

Louis Vuitton notamment, a intégré à sa Tambour Horizon, un module lié à l’univers du voyage. Hublot et TAG Heuer se placent sans surprise sur le terrain du sport.

La Big Bang du dernier cité a été portée par les arbitres lors de la dernière Coupe du monde de foot en 2018. Son prix de 4­ 500­ € reste très Hublot dans l’esprit… Pour se démarquer, les manufactures optent pour des complications originales.

Sur son Hybrid Manufacture, Frédérique Constant a ainsi développé un capteur qui analyse la qualité ou la durée du sommeil. Les garde-temps les plus récents accueillent, quant à eux, les applis dernier cri. Ainsi la Louis Vuitton permet-elle le paiement sans contact. Avec ce genre de pièces, l’horlogerie suisse se projette dans le futur…

1- Louis Vuitton propose une nouvelle Tambour Horizon. L’évolution est notable. Au menu : nouveaux matériaux, nouvelles applications ainsi que nouveaux bracelets interchangeables. / 2- La TAG Heuer Connected Modular 41 reçoit un boîtier de tout petit diamètre avec 41mm au lieu de 45 précédemment. Elle gagne aussi en mémoire et stockage. / 3- La Breitling Exospace B55 Yachting cherche à répondre aux besoins des explorateurs des mers. Ce chronographe reçoit un calibre manufacture B55 à quartz.


GARMIN MARQ : UNE COLLECTION À L’ESPRIT HORLOGER

Garmin se porte bien. Cette entreprise américaine de produits high-tech, fondée en 1989, a réalisé l’an passé un CA de 3,3 milliards de dollars, en hausse de 7 %.

Elle propose des montres connectées développées pour ses 5 univers de référence : la marine, l’automobile, l’aviation, le outdoor et le running.

La nouvelle collection Marq marque un tournant. Elle se compose de 5 versions différentes qui proposent des applis spécifiques en rapport avec les grands domaines de la marque.

Le design à l’esprit « swiss made » opte pour des formes rondes classiques très horlogères. Les boîtiers s’habillent de titane et les lunettes de certaines variantes de céramique.

Les tarifs ont pris l’ascenseur. Ils se situent entre 1 500 et 2 500 €. Ces pièces seront notamment vendues chez les détaillants horlogers classiques. Elles s’attaquent aux montres connectées suisses de TAG Heuer ou Montblanc.

 

Si vous avez aimé, partager
Article par Nicolas Dembreville
Dans la même
rubrique


Montres des mers lire
Montres Magazine et monsieur.fr à l’heure du SIHH de Genève  lire
La Monaco de Tag Heuer lire
Montres Bodet, attention au départ ! lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #138



Commander Montres #116

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique