montres > Air du temps
écrit le 15 janvier 2019
modifié le 18 mars 2019

SIHH 2019 : la rédaction de Montres Magazine nous raconte les temps forts de la journée. Jour 2 : La nature s'invite chez les horlogers

Le salon genevois se fait sauvage. Stands, présentations et montres se mettent au vert pour appuyer la nouvelle ligne de conduite responsable des horlogers.

De petits cris stridents attirent l’attention. Ils viennent du stand Jaeger-LeCoultre. Ce ne sont pas les réactions à la présentation du mouvement Hybris Mecanica Gyrotourbillon à répétition minute et carillon Westminster, mais bien des chants d’oiseaux qui s’élèvent au milieu des grands sapins verts érigés au centre de la pièce.

DE LA MONTAGNE À LA FORÊT

Montblanc

Un peu plus loin, chez Montblanc, une cascade ruisselle sur un luxuriant mur végétal. Pendant le cocktail pour le lancement d’une nouvelle montre à grande complication mettant l’accent sur l’observation de la terre et du ciel, Hugh Jackman et David Gandy s’attardent longuement devant cette installation naturaliste. La manufacture dont le sommet de l’Europe est le symbole descend du haut de sa montagne pour se plonger dans la forêt. Les montres aussi tournent au vert et même la 1858 Géosphère se colore d’un khaki plus écologique que militaire.

Audemars Piguet

Le vert tient bien son heure de gloire en horlogerie cette année. Nombre de collections adoptent cette gamme chromatique, par petites touches, comme chez A. Lange & söhne, en jouant avec les effets de camouflages pour la Royal Oak d’Audemars Piguet, ou de manière éclatante avec un cadran vert uniforme et dépourvu de tout marquage, seulement ouvert pour laisser apparaître un tourbillon, chez H. Moser & Cie.

UNE MONTRE À ARROSER

La manufacture indépendante va même plus loin en présentant une étonnante montre vivante, couverte de plantes vivaces, de mousses et de lichens des montagnes suisses. Des végétaux vivants et en pleine croissance. Si la réserve de marche du calibre H. Moser & Cie lui assure un fonctionnement optimal durant plusieurs jours, c’est bien matin et soir qu’il faut arroser la montre. Et le bracelet s’entretient avec une petite tondeuse. La manufacture de Neuhausen am Rheinfal est coutumière de ces pièces porteuses de messages dont on parle beaucoup aux abords du Carré des Horlogers du SIHH. Le message ici est clair : la nature, source de vie, est fragile et le temps, si précieux, est sans doute compté.

UNE PLONGÉE AVEC GUILLAUME NERY

Si Girard Perregaux prend de la hauteur avec une double complication astrale permettant l’observation sur deux globes rotatifs de la terre vue du ciel, d’une part, et de la voute céleste vue du sol d’autre part, Panerai plonge dans l’élément essentiel qui est son écosystème le plus naturel, les océans. Sa nouvelle Submersible édition spéciale Guillaume Néry, produite de manière éco-responsable, ouvrira à son possesseur la possibilité d’une plongée en compagnie de l’explorateur sous-marin dans le lagon de Moorea. La planète terre, soumise aujourd’hui à bien des complications et dont le mécanisme naturel semble se dérégler, est au centre des préoccupations des horlogers.


Retrouver les autres actualités du SIHH 2019 en cliquant juste ici


 

Si vous avez aimé, partager
Article par Frédéric Brun
Dans la même
rubrique


SIHH 2019 : l’art et les matières lire
SIHH 2019 : la question du calendrier lire
SIHH 2019 : que la fête commence ! lire
SIHH 2019 : la question du calendrier lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #138



Commander Montres #117

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique