Style > Mode & codes
écrit le 14 octobre 2020
modifié le 25 novembre 2020

Cravate et politique : le nœud de la communication

Malgré l’assouplissement des codes, rares sont les hommes politiques à ne pas porter de cravate. Moyen d’expression voire de communication, le petit lien de tissu reste tout un symbole.

Des politiciens et des cravates : le nœud de la communication


Des politiciens et des cravates : le nœud de la communication

Alors que les tenues des politiques s’uniformisent (costume bleu de pair avec cravate bleu) révélant une volonté de ne pas faire de vague, la cravate reste l’élément qui fait parler. Un moyen d’expression stylistique et parfois, malgré lui, politique. Ainsi, Emmanuel Macron n’hésite pas à la porter fine et noire même avec son blouson en cuir (noir) lorsqu’il se promène aux Tuileries et va à la rencontre de Gilets Jaunes en colère. Donald Trump, lui, ne quitte pas ses cravates larges très eighties époque « Dallas ton univers impitoyable » toujours déclinées en bleu ou rouge vif, assorties au drapeau américain bien sûr. Son concurrent démocrate, Joe Biden, affiche le même code couleurs…
Tie bless America !

BORIS JOHNSON : LA CRAVATE DE SA COUPE DE CHEVEUX

Le progressiste canadien Justin Trudeau ose l’originalité sans pour autant atteindre le niveau de fantaisie de ses chaussettes à motifs canards. Boris Johnson, lui, a la cravate de sa coupe de cheveux. Débraillée, toujours un peu dénouée même si on voit qu’il maîtrise parfaitement le nœud windsor. Quant à notre Premier ministre, Jean Castex, il a la cravate rassurante : ni trop fine, ni trop large, avec de discrets motifs, noyée dans un costume aussi flottant que son accent est chantant. On se rappelle aussi de la cravate Hermès de Julien Dray trahissant le goût du luxe du député PS. Celles, très élégantes en grenadine de soie, de Nicolas Sarkozy, contrastaient avec l’allure parfois « bling bling » de l’hyper président. Message : il connaît les codes.

LA CRAVATE DE TRAVERS DE FRANÇOIS HOLLANDE

Et que dire des cravates moches ton sur ton de Manuel Valls avant de devenir Premier ministre ? En dépit de leur couleur improbable ton sur ton (orange, mauve, rose), elles témoignaient tout de même d’une recherche stylistique, la même peut-être que son errance politique. Toujours est-il que la cravate de travers, un peu à droite de François Hollande lorsqu’il était président a fait couler beaucoup d’encre. Un moyen de démontrer l’homme normal qu’il voulait incarner ? Piqué au vif, l’ancien président dira récemment : « Mieux vaut avoir une cravate de travers et une pensée droite que l’inverse ». Il ne la quittait jamais, pas même au sommet du G8 de Camp David (2012) où il était le seul chef de l’État à en porter une, ce qui lui valut une remarque sarcastique de Barack Obama : « François, on avait dit que tu pouvais enlever ta cravate ! » À la fin du dîner officiel, il l’avait effectivement fait tomber. Bernard Cazeneuve, son ex-premier ministre, avait, quant à lui, la cravate bien droite (fonction oblige) et très « tradi-chic ». Rien ne dépassait. Un peu comme François Fillon qui connaît sur le bout des doigts les règles de l’élégance. La cravate se mue alors en un symbole de la bourgeoisie, comme elle le fut du temps de Louis XIV où tous les aristocrates de la cour se mirent à en porter une. 

LES SANS CRAVATES : LES NOUVEAUX SANS CULOTTES ?

Autant dire que la comparaison ne pouvait plaire à Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier n’en porte pas ou alors rouge, couleur de la révolution et des luttes sociales. Il compara d’ailleurs les « Sans Cravates » aux « Sans Culottes » de 1789, faisant du petit lien de tissu, le symbole des dominants et des puissants. C’est d’ailleurs à l’initiative de La France Insoumise que le port de la cravate et de la veste n’est plus obligatoire dans l’hémicycle (juillet 2017). Tout comme à la Chambre des communes anglaise d’ailleurs. Dommage, diront certains. Surtout ceux qui pensent comme Balzac que la cravate est « une partie essentielle du vêtement qui, dans ses formes variées, apprend à connaître celui qui le porte ».

Si vous avez aimé, partager
Article par Louis Armel
Dans la même
rubrique


Coquillages, nu-pieds et à l’eau ! lire
Dandy’s Nights : Itinéraire d’élégance lire
Italian Masters lire
10 chaussures pour l’automne lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #145 (version digitale)



Commander Montres #121 Automne 2020 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique