écrit le 6 juillet 2017
modifié le 28 septembre 2017

Le pull Montagut : entre ombre et lumière

Son histoire
Tout a commencé en 1880, près de Saint Sauveur de Montagut (Ardèche). Adolphe Tinland y crée un moulinage de soie. Puis, la bonneterie Cévenole est lancée près de Valence : en 1925, le premier bas Montagut voit le jour. Pour contourner la pénurie de soie d’après guerre, en 1963, Léo Gros, le gendre de Georges Tinland  (le fils d’Adolphe), invente un fil imitant la soie : le fil lumière. Ses polos feront le tour du monde. Aujourd’hui, toujours aux mains de la famille Gros et après six générations, les collections de mailles fines (laine, cachemire, coton, fil lumière) s’étoffent et se modernisent grâce à la styliste Julie Eade. Et la fabrication reste 100 % européenne.

Ses caractéristiques
à côté du fil lumière (fil reproduisant la soie dans toutes ses qualités) plus adapté aux saisons chaudes, la caractéristique de la maille Montagut (laine, coton et cachemire) est d’être tricotée en « fully fashionned », c’est-à-dire tricotée entièrement selon la coupe et non pas par morceaux ce qui évitent les épaisses coutures. Une très grande qualité. 15, place Saint-Honoré, Paris I.

Ses inconditionnels
James Dean, Alain Delon, Louis Garrel.

Si vous avez aimé, partager
Article parLa rédaction
Dans la même
rubrique


Le pull moniteur : leçon de style des Bronzés lire
Le pull sans manches lire
Le pull sans manches lire
Les baskets stars lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #145



Commander Montres #121 Automne 2020

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique