montres > Collectors
écrit le 19 juin 2018
modifié le 18 juillet 2018

Patek Philippe l’Ellipse d’Or : 50 ans de raffinement et d’excellence

Convoitée par la nouvelle génération des jeunes dandys, l'Ellipse d'Or de Patek Philippe, avec son boîtier aux proportions issues du nombre d'or et son mouvement automatique extra-plat, est depuis un demi-siècle une référence d'élégance.

La perfection ne serait pas de ce monde. C’est du moins ce que disent ceux qui n’ont jamais glissé une montre Ellipse d’Or de Patek Philippe à leur poignet. Mais il faut dire que l’Ellipse d’Or cache un peu son jeu. En apparences, elle semble simple et discrète. C’est évidemment un gage d’élégance et de distinction. Fine, elle disparaît souvent sous le poignet de la chemise. C’est l’une des raisons de son succès continu depuis 50 ans, et un atout supplémentaire pour les jeunes dandys d’aujourd’hui qui la redécouvrent, non seulement pour son style mais aussi pour son raffinement. Sa sophistication procède autant de la forme que du fond. Son dessin est aujourd’hui autant célébré que son mouvement automatique à micro-rotor.

Le rectangle et l’ellipse

Présentée pour la première fois en 1968, l’Ellipse d’Or affirme d’emblée sa singularité par sa forme combinant le rectangle et l’ellipse. Le rapport entre la largeur du boîtier et sa longueur est de 1/1,618033988… soit un chiffre très inspiré du « nombre d’or ». Cette proportion idéale, initialement définie en géométrie, établit que le rapport entre le grand et le petit côté est identique à celui entre la somme des deux côtés et le grand côté. Le mathématicien grec Hippasos de Métaponte fut le premier à calculer ce rapport vers 450 av. J.-C. pour ses recherches sur les pentagrammes, découvrant du même coup les nombres dits « irrationnels ». Cette proportion, observable dans la nature, est créatrice d’harmonie. De nombreux édifices en appliquant la règle figurent pour les mêmes raisons parmi les réalisations les plus remarquables en architecture. Et souvent les plus appréciées. Le nombre d’or a pu être parfois qualifié de « proportion divine ».

 La recherche de la perfection en horlogerie est la démarche centrale de la manufacture Patek Philippe depuis ses origines en 1839. Guidé par cette inspiration, Henri Stern se base sur le nombre d’or pour imaginer, à la fin des années 60, une montre hors du commun. Pour toute une génération, l’Ellipse d’Or devient un élément de style. « J’ai grandi avec l’Ellipse d’Or, témoigne Thierry Stern, aujourd’hui à la tête de l’entreprise familiale. C’est mon grand-père qui l’a dessinée. C’était pour nous un symbole d’excellence et d’élégance. J’étais aussi très impressionné par les bracelets en maille milanaise ou polonaise ».

À la fin des années 1970, la manufacture en proposait près de 65 versions différentes. Sa forme fut déclinée dans une multitude de modèles, dans diverses tailles et divers métaux, avec des bracelets en cuir ou métalliques, comme des joncs tressés, des chaînes, ou des mailles milanaises ou polonaises, avec des cadrans de diverses teintes ornés d’index ou de chiffres romains, ainsi que dans des versions joaillerie et haute joaillerie pour dames. L’une des plus remarquée est certainement la version sertie souvent portée par la reine Elizabeth II d’Angleterre. La forme elliptique fut même intégrée à d’autres types de boîtiers telles que le rectangle ou l’octogone, sans oublier une étonnante fusion Nautilus-Ellipse.

La version Jumbo « télévision » (référence 3739/2), lancée à partir de 1977, est devenue une pièce de choix pour certains élégants. L’acteur Brad Pitt n’a pas hésité à porter ce modèle vintage de sa collection personnelle pour le tournage du film Vue sur mer en 2015, augmentant la convoitise des collectionneurs. La forme Ellipse a également été reprise dans de luxueux accessoires, dont des boutons de manchette, des bagues ou des briquets. Durant les années 70 et 80, l’Ellipse d’Or connaît donc un grand succès et s’impose comme l’un des modèles phares de Patek Philippe. Toujours maintenue en collections, la famille Ellipse d’Or est d’ailleurs devenue la deuxième plus ancienne famille de montres de la manufacture, après la Calatrava, introduite en 1932. Doté à l’origine d’un mouvement à remontage manuel, le boîtier au profil remarquablement mince de l’Ellipse d’Or fut le tout premier à accueillir en 1977 le fameux calibre 240 extra-plat à remontage automatique avec mini-rotor intégré. En 1993, Patek Philippe créa des modèles pour dames où les attaches du bracelet en cuir reproduisaient le design du boîtier en une élégante double ellipse. En 2005, la manufacture lança la référence 3738/100, un modèle hommes mariant les trois couleurs d’or à des teintes de cadrans très raffinées (Or Bleu « soleil » pour l’or jaune, anthracite « soleil » pour l’or gris, brun chocolat « soleil » pour l’or rose). En 2008, Patek Philippe fêta les 40 ans de l’Ellipse d’Or en réintroduisant une version Jumbo (34,5 x 39,5 mm) proposée pour la première fois en platine, avec cadran Or Bleu « soleil » (référence 5738P-001).

Le choix des nouveaux dandys

Aujourd’hui, pour fêter ses noces d’or, celles du mariage de la haute horlogerie et de l’élégance, l’Ellipse d’Or est proposée dans une version Jumbo en or rose avec cadran noir. En effet, la référence 5738R-001, de grande taille (34,5 x 39,5 mm), désormais en collection, marie la nuance chaude du métal poli à un cadran noir ébène « soleil » rehaussé par des index appliqués en or rose et de fines aiguilles de type « cheveu », également en or rose. Une légende en tenue de soirée, avec sa couronne sertie d’un cabochon en onyx noir.

Conformément à l’ancien usage, la montre est dotée d’un fond plein en or rose. La touche de style et de raffinement est complétée par un bracelet en alligator écailles carrées, cousu main, de couleur noir brillant, doté d’une boucle à ardillon en or rose reprenant la forme caractéristique du boîtier. Comme sur tous les modèles Ellipse d’Or, les fixations du bracelet sont soigneusement dissimulées sous la carrure afin que rien ne vienne distraire le regard du fameux design elliptique.

Les collectionneurs et les esthètes à la recherche d’une pièce encore plus rare et pointue désireront sans doute la référence 5738/50P-001, une série limitée de 100 exemplaires, mariant haut artisanat et élégance intemporelle. Son cadran se distingue par son fond en émail noir orné de volutes gravées à la main dans la plaque en or gris 18 carats, avec un motif central rappelant la croix de Calatrava,emblème de la manufacture genevoise. Les heures et les minutes sont rythmées par de fines aiguilles de type « cheveu » en or gris satiné. Le fond plein en platine est orné d’une gravure commémorative « Ellipse d’Or 1968-2018 ». La couronne est sertie d’un onyx faisant écho à l’émail noir du cadran. Comme pour toutes les montres Patek Philippe en platine, les amateurs avertis reconnaîtront le petit diamant serti sur la carrure à 6h. Un gage absolu de distinction.

Les autres temps forts du millésime 2018

Si vous avez aimé, partager
Article par Frédéric Brun
Dans la même
rubrique


Les montres font leur cinéma lire
Rolex Sea-Dweller lire
Les confidences de Patrick Pruniaux, CEO d’Ulysse Nardin lire
Franck Muller : à la conquête des abysses lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #131

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #112

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique