Style > Chaussures
écrit le 22 août 2018
modifié le 8 août 2018

Peut-on se passer de tongs ?

Accessoires incontournables de la plage, certains les portent même à la ville, les tongs divisent quant à leur style contestable.

Havaïanas


Havaïanas

Pour les Américains, ce sont les « flip flops », pour les Québécois, les « gougounes », les Belges, les « slashs » ou « claques ». En France, on les appelle : « les tongs ». Tirant leur nom du mot anglais « thong », signifiant «lanière », elles ont été inventées par les surfeurs à Hawaï et nous suivent partout lors de nos virées estivales. Elles cumulent tous les ingrédients de l’accessoire incontournable : rapides à chausser, confortable et résistante à l’eau (elles flottent !).

Pour passer la journée en bermuda ou en maillot de bain à la plage, il n’y a pas plus pratique. Ce panégyrique n’occulte pourtant pas son lot de reproches : look contestable, fait floc floc à chaque pas et surtout très « accidentogène » en cas de marche soutenue ou de course. Elle présente même des limites… boulistiques : il est officiellement interdit de participer à un concours de pétanque chaussé de tongs.

Cela n’a pas empêché la marque brésilienne Havaïanas (« hawaïen » en français) de s’emparer de cet engouement pour décliner la « chose » sous toutes ses couleurs et motifs (photo). Le succès s’est transformé en phénomène planétaire (206 millions de paires vendues par an), au point d’en faire une pièce incontournable. Certains l’osent même en ville: un fashion faux pas ?

Deux pépites toutefois

Question concurrence, l’offre se réduit soit à des succédanés sans intérêt, soit à des modèles de luxe arborant ostensiblement leur logo, du plus mauvais goût ! Deux pépites toutefois: la marque de surf américaine Reef propose de très belles tongs en cuir pour emprunter les pas de Kelly Slater ou Tom Curren. Et, Beach Originals, lancé cette saison par le tandem gagnant Alexandre Baccara et Cédric Flachard, ex. Jack Russell Malletier, sort les plus belles tongs du marché, semelles crème à motifs briques, sangles pastel délavées au prix très étudié de 25 €. Au cas où, elles sont en vente sur la Boutique de Monsieur.

Une chose est sûre : appréhender l’été sans tongs, c’est comme visiter Londres sans parapluie ou prétendre profiter de Roland Garros tête nue. Leur côté populaire et pratique peut convaincre mais attention, elles font quand même toujours un peu Camping Paradis


Les alternatives aux tongs

Si vous avez aimé, partager
Article par Patrice Brandmeyer
Dans la même
rubrique


Parler comme un bottier lire
Santoni : deux générations, un succès lire
Bleu des mers lire
Tenues de rentrée lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #132



Commander Montres #113

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique