écrit le 25 septembre 2017
modifié le 25 septembre 2017

Pharrell Williams

L’artiste américain a tout pour être heureux. Du talent, du succès, du style, et même de très jolies montres. Portrait d’un collectionneur «Happy».

Trois minutes peuvent suffire au succès. Pour des millions de jeunes gens de la génération Y, la chanson « Happy » leur a offert trois petites minutes de bonheur musical et une espérance dans l’avenir. Plébiscitée sur tous les continents, la rengaine est devenue une ode à la liberté, un hymne d’espérance.Un plaisir trop bref ? Pharrell Williams aime cultiver son rapport au temps. Le clip, tourné à Los Angeles en 360 plans-séquences dure vingt-quatre heures.

L’artiste détonne avec sa voix de fausset, qui explore la palette des aigus quand les rois du rap jouent plutôt à être graves. Il a commencé en étant producteur. En 2001, par exemple, il produit la chanson «I’m a Slave 4 U» de Britney Spears. Suivront Madonna, Jay-Z, Beyoncé, Miley Cyrus… La consécration arrive à l’été 2013. «Happy» est un succès planétaire. En prime il co-écrit «Get Lucky » avec Daft Punk et « Blurred Lines », pour Robin Thicke. Quatre Grammys Awards en poche.

En parallèle, l’artiste devient styliste. Une autre passion. En matière de look, il est un jongleur qui capte l’esprit du temps, le devance ou le fait bifurquer. Contemporain et urbain, il mélange à l’envie, mais toujours de manière très réfléchie, les codes du luxe et de la mixité urbaine. «Si le cool était une personne, ça serait Pharrell » dit de lui Diane von Furstenberg.Plusieurs maisons ont déjà fait appel à lui pour des collaborations, notamment Louis Vuitton pour des lunettes ou Jacob & Co pour des bijoux, en association avec l’artiste Murakami. Une manière supplémentaire pour Pharrell Williams de se rapprocher de l’univers horloger dont il est un amateur très avisé.

À la ville et sur scène, il porte avec brio des montres de Jacob & Co, des collections Brilliant ou Rainbow, parfois même dans des versions serties de couleur. Effet garanti. Tout comme l’impression de force et de technicité contemporaine que donne à son poignet sa montre Royal Oak Concept Carbone. Cet impressionnant chronographe à tourbillon, en carbone forgé, embarque le calibremanufacture 2895 qui intègre un système de double barillet à rotation rapide lui assurant une force constante pendant les 237 heures d’autonomie. Une prouesse de haute horlogerie dans des habits d’aujourd’hui. Voilà bien le genre de pièces qui séduisent Pharrell Williams, au point de les porter sur ses pochettes de disques et dans ses clips. Non seulement pour leur esthétique ou leur audace mais aussi pour leur symbolique, dont il maîtrise si parfaitement les codes.

Les paroles de sa chanson «Can I Have It Like That» ne laissent aucun doute: «From Louisville to Jimmy Choos he’s real / She know the time, she see the Richard Mille / Plat-double skeletal, Tourbillion / It just like her body move, it turns her on». Un tel désir horloger ne pouvait laisser Richard Mille sourd au talent du compositeur. Dès que la chanson est arrivée à ses oreilles, le créateur horloger français a immédiatement voulu savoir un peu mieux qui était ce Pharrell Williams. Première surprise, Richard Mille a eu le plaisir de découvrir que l’artiste était déjà client chez lui, depuis plusieurs années. De la manière la plus simple qui soit puisque le chanteur a plusieurs fois acheté des pièces chez Richard Mille, aux Etats-Unis. Notamment une belle RM 011. Comme Monsieur tout le monde, en quelque sorte… Avec cette douce simplicité discrète qui frappe a chaque apparition du chanteur. Depuis, les deux hommes qui ont en commun de transformer en succès tout ce qu’ils touchent, se sont rencontrés et s’apprécient. Au point de se faire découvrir mutuellement leurs univers de passion. En juillet dernier, Richard Mille lui commentait les stands du Mans Classic. Une occasion aussi de s’initier d’avantage avec des horlogers de la maison. Le chanteur a même eu un coup de coeur pour la montre de poche contemporaine Tourbillon RM 020. Richard Mille va-t-il bientôt enregistrer un duo? Rien ne le dit. Mais, en revanche, que Pharrell Williams participe à la conception d’une RM ne serait sans doute pas impossible. Affaire à suivre.

Citée dans les paroles d’une de ses chansons, sa montre RM 011 a été le point de départ de l’amitié entre Pharrell Williams et Richard Mille.

Si vous avez aimé, partager
Article parFrédéric Brun
Dans la même
rubrique


Peut-on se passer de tongs ? lire
Piaggio MP3 : les clés de la ville lire
L’interview : Karl-Friedrich Scheufele lire
Les parisiennes selon Charlie Watch lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #148 (version digitale)



Commander Montres Magazine #123 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique