montres > Les montres de
écrit le 9 octobre 2019
modifié le 9 octobre 2019

Ray Charles, l’heure au bout des doigts

Pour le grand artiste non voyant, Patek Philippe a composé, dans les années 60, une montre rare, en platine et diamants. Sa particularité ? Elle indiquait l’heure en braille.

La montre Patek Philippe en platine ne quittait jamais le poignet de Ray Charles, aussi soucieux du tempo que du temps qui passe.


La montre Patek Philippe en platine ne quittait jamais le poignet de Ray Charles, aussi soucieux du tempo que du temps qui passe.

1963 marque l’heure du succès pour Ray Charles. Depuis le début de sa carrière, à la veille des années 50, il s’est fixé pour but de ne pas se laisser cantonner dans un seul genre de musique et il veut toucher tous les publics, des amateurs de jazz traditionnel aux adolescents qui vont bientôt découvrir la pop, des fans de gospel aux amoureux de la soul ou de la country music. Et surtout des noirs de la Nouvelle-Orléans aux blancs du Texas.

Grâce à une construction méthodique de son répertoire, une maîtrise parfaite du tempo, et sa voix sensuellement éraillée, il conquiert un public toujours plus nombreux. Au début des années 60, il enchaîne les tubes : Georgia on My Mind ou Hit the Road Jack en 1960, Baby, It’s Cold Outside en 1961, Unchain my Heart, I Can’t Stop Loving You, You Are My Sunshine en 1962.

UNE PATEK EN CADEAU

L’année suivante, son chef d’oeuvre, Modern Sounds in Country and Western Music témoigne d’un éclectisme artistique éclatant. Un accomplissement artistique qui met aussi Ray Charles Robinson, né en 1930, en pleine Grande Dépression, dans une famille très modeste de Floride et devenu aveugle à l’âge de 4 ans, et sa famille à l’abri du besoin. De quoi rendre également heureux Norman Granz, son producteur.

Pour l’artiste non-voyant, Patek Philippe a conçu une montre en braille avec des index en diamants à toucher, sous un couvercle serti.Imprésario et mécène du jazz, cet Américain d’origine moldave est le fondateur du label Verve. Très proche de Ray Charles, il le conseille et le guide.

En 1963, pour fêter son succès, il souhaite offrir un beau cadeau à son ami proche. Il se tourne alors vers la manufacture Patek Philippe pour commander une montre en platine. Un choix iconoclaste pour l’époque, la mode d’alors étant résolument à l’or jaune. La montre précieuse contrastera magnifiquement sur la peau noire de l’artiste, d’autant plus que le bracelet de cuir sera rapidement remplacé par une attache en platine.

Comme en témoigne aujourd’hui son fils, Ray Charles Jr. : « Je ne l’ai jamais vu porter d’autre bijou que ce garde-temps, à l’exception de ses boutons de manchette en diamants. Je me souviens très bien de lui à cette époque. Il n’avait que 33 ans. Ses costumes étaient géniaux, du sur-mesure en peau d’ange argentée avec de fins revers. Je me rappelle son parfum, son visage et la Patek Philippe à son poignet. » Souvenirs marquants. D’autant que cet objet va prendre une certaine importance pour Ray Charles, notamment grâce à sa fonctionnalité. Aveugle, l’artiste ne peut compter que sur le braille.

LE SON DU TIC-TAC RÉGULIER

Pour cette montre sur-mesure référence 3482, les horlogers de la manufacture suisse vont imaginer un cadran de 37 mm, plus grand qu’à l’habitude pour l’époque, serti de diamants. Pas de glace, mais un couvercle, incrusté de 40 brillants, à la manière d’une montre de poche d’officier. En ouvrant ce couvercle, le musicien pouvait lire l’heure en touchant les aiguilles, assez résistantes pour supporter la pression des doigts.

« L’heure était capitale pour mon père, souligne Ray Charles Jr. Étant aveugle, il n’avait aucune idée du moment de la journée. Au moins une fois par heure, il tapait très légèrement du doigt sur le couvercle pour l’ouvrir. Il passait délicatement les doigts sur le cadran, puis portait la montre à son oreille. Il écoutait en souriant le son du mécanisme et le tic-tac régulier. »

Une petite musique rythmée qui inspirait l’artiste pour ses mélodies et qui témoigne que la belle horlogerie est une fête des cinq sens.

Si vous avez aimé, partager
Article par Frédéric Brun
Dans la même
rubrique


pierre arditi lire
Rolex Daytona Paul Newman : la plus chère du monde lire
Test montre outdoor : nouvelle G-Shock Mudmaster, la GG-B100 lire
Les 25 ans de la Lange 1 lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #139



Commander Montres #117

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique