savoir-vivre > Bon vivant
écrit le 8 juillet 2019
modifié le 8 juillet 2019

Tour de France des rosés : Une couleur qui gagne du terroir

Si la France est le premier producteur, consommateur et importateur mondial de vins rosés, elle le doit à sa mosaïque de vignobles et pas seulement à la provence. De l’AOC à l’IGP, du rose pâle au bonbon anglais, la palette des couleurs et des arômes semble infinie dans notre pays.

Le vignoble XXL du Languedoc Roussillon a produit en 2018 2,5 millions d'hectolitres de vins rosés, soit 25 % de plus qu'il y a 2 ans. (©Kertesz-Shutterstock)


Le vignoble XXL du Languedoc Roussillon a produit en 2018 2,5 millions d'hectolitres de vins rosés, soit 25 % de plus qu'il y a 2 ans. (©Kertesz-Shutterstock)

Quel est le point commun entre l’Alsace, le Beaujolais, le Languedoc, le Roussillon, la Savoie, le Val de Loire, la vallée du Rhône et le Bordelais ? Des régions viticoles oui, mais dont la particularité est de toutes produire du vin rosé.

Cuvée classique, branchée, prestige, vieilles vignes, raisonnée, bio, couleur framboise, grenadine, groseille, saumon ou ambre, qu’il soit léger ou vineux, doux ou sucré, fruité, acidulé ou floral, dès les beaux jours, la France boit la vie en rosé et en vinifie sur toutes ses régions viticoles.

Beaucoup de vignerons ont dû se mettre au pressurage direct du raisin histoire d’éclaircir leur jus, alors que traditionnellement ils se contentaient d’un rosé de « saignée » aux teintes plus affirmées, après l’avoir soutiré de la cuve dans lequel il macérait.

Dans le Languedoc- Roussillon par exemple, où le climat méditerranéen ressemble à s’y méprendre à son voisin provençal, les rosés y sont généralement plus colorés et plus puissants, forts de leur typicité de cépage, à l’image du Roussillon où les vins sont assemblés autour du carignan, de la syrah et du mourvèdre.

En 2018, ce vignoble XXL qui s’étend de Nîmes à la frontière ibérique et des contreforts du Massif central aux Pyrénées, a produit près de 2,5 millions d’hectolitres de vins rosés, un bond de 25% en deux ans, c’est dire si le rosé y connaît un succès triomphant.

CAPITALE MONDIALE DU ROSÉ

Deuxième région viticole en superficie après le Bordelais, la vallée du Rhône qui étire ses vignobles sur plus de 200 kilomètres le long du fleuve, concentre ses nectars rosés dans le Sud, là où le relief est plus doux et le climat plus chaud.

Situé non loin d’Avignon, la cité de Tavel s’est autoproclamée « capitale mondiale du rosé », fière de rappeler au monde que c’est sur l’appellation éponyme qu’est née la première AOC de rosé en 1936 ! Contrairement à la majorité des « pink », les Tavel, vins chaleureux et structurés, se caractérisent par une réelle aptitude à la garde, à savoir entre deux et trois ans.

C’est au grenache majoritaire dans ses assemblages que l’on doit sa couleur soutenue entre grenadine et framboise. À quelques exceptions près, la proportion des rosés est faible dans les appellations du Rhône Sud où la dominance du grenache favorise l’expression des vins rouges.

Si en Bourgogne la seule appellation à produire du rosé est le Marsannay, les vignes utilisées pour le produire sont loin d’être sur les meilleurs terroirs… Plaisant, charmeur, gourmand, frais et peu tannique, le beaujolais rosé se consomme comme le beaujolais nouveau, sur le coin d’un comptoir et entouré d’amis.

Se mariant très bien avec les spécialités lyonnaises, la charcuterie et les fromages de chèvre, il se veut décomplexé et d’un super rapport qualité-prix ! Première destination oenotouristique de France avec plus de 4 millions de visiteurs par an, la Gironde produit du vin rosé sur 4 725 hectares mais seule l’appellation régionale « Bordeaux » peut légalement se décliner en rosé.

Issue d’une macération de quelques heures pour être ensuite vinifiée comme un vin blanc, cette technique donne des rosés souples aux arômes fruités, frais, élégants et persistants en bouche. Si la région bordelaise produit peu de vins rosés par rapport aux vins rouges, elle offre bien souvent l’occasion de pouvoir choisir sa bouteille sous le signe du développement durable.

L’IMPORTANCE DE LA COULEUR

Cap à l’Ouest, le rosé de Loire est un vin sec tandis que le rosé d’Anjou et le cabernet d’Anjou sont des demi-secs pouvant être gardés jusqu’à trois ans, le premier se distinguant des seconds par son caractère sans sucrosité.

L’AOC Rosé-de-Loire qui couvre l’Anjou, Saumur et la Touraine recèle 379 producteurs qui produisent à eux seuls 6 millions de bouteilles de rosés flatteurs, puissants et complexes, marqués par des arômes de fleurs et de bonbon anglais. Le sancerre, quant à lui, posé en amphithéâtre sur la rive gauche de la Loire, produit de jolis rosés réputés à base de pinot noir.

Mais si vous devez choisir un vin par rapport au menu du jour, optez pour un vin par rapport à sa couleur ! Avec une seule règle de savoir boire à retenir, les rosés clairs et légers seront à servir dès l’apéritif et sur des plats à base de produits de la mer tels que des tartares où des poissons grillés, tandis que les vins rosés foncés et vineux accompagneront à ravir les viandes grillées au barbecue, les salades composées et les planches de fromage et de charcuterie ! De quoi rosir de plaisir non ?


UNE PETITE CUVÉE AU POIL ! VIN DE FRANCE, COOPÉRATIVE DU CELLIER DES CHARTREUX : LA CUVÉE DE L’AMITIÉ

Proche de la cité des Papes, les 81 adhérents du cellier des Chartreux partagent depuis 1929 un héritage riche de culture et d’histoire. C’est dans cet environnement solidaire que l’ancien international de rugby, Sébastien Chabal, vient de devenir le 81e coopérateur de cette cave qui du point de vue de la qualité se situe bien au-dessus de la mêlée ! Sa cuvée 100% gamay se pare d’une robe très pâle et se caractérise par un nez de pamplemousse et de fruits de la passion et une bouche marquée par la tension. Une bouteille qui contient du mistral, du soleil, du respect de la terre et du travail des hommes !

L’accord parfait : Idéal sur des brochettes au barbecue, des viandes blanches froides et des desserts aux fruits rouges.

Cellier des Cartreux


CUVÉE PAPARAZZI DOMAINE DES PEYRE AOC VENTOUX : UN TALENT IMPERTINENT

Une robe pâle, un nez de pêche et de nectarine, que l’on retrouve en bouche, ce rosé né sur des vignes de 25 ans est le résultat épicurien d’un assemblage réussi de grenache, de syrah et de carignan. Produit sur la propriété de l’ex-directrice de rédaction de Gault & Millau qui s’est reconvertie en une vigneronne exigeante et passionnée, rien de plus normal que ce vin trouve naturellement sa place sur toutes les tables !

L’accord parfait : À servir dès l’apéritif sur une planche de charcuterie, des salades composées et des tartes salées et plus largement sur tous les plats méditerranéens.

Domaine des Peyre


OR & AZUR AOP LANGUEDOC ROSÉ GÉRARD BERTRAND 2018 : ECO-FRIENDLY

D’un rose tendre sur des nuances saumonées, ce rosé est issu de l’agriculture biologique et certifié « Bee Friendly® », un label qui vise à la sauvegarde des abeilles. Le nez séduit par des arômes de petits fruits rouges se mêlant à des notes d’agrumes. Une bouche fraîche dotée d’un bel équilibre signe le savoir-faire d’une maison fidèle à la qualité.

L’accord parfait : Un rosé d’apéritif et de tapas mais qui peut se servir à table sur une pissaladière ou un plat de pâtes au saumon ou à la boutargue.

Gérard Bertrand


L’INSTANT BORDEAUX ROSÉ 2018 MAISON BERTRAND RAVACHE : UN TALENT IMPERTINENT

Le rosé, ce n’est pas que provençal. Pour preuve celui de la Maison Bertrand Ravache est devenu une référence à Bordeaux ! De l’audace, il en a fallu à ce négociant d’origine bretonne pour faire le choix d’élaborer un rosé à base de cabernet sauvignon au lieu du merlot, cépage traditionnel des rosés dans la région. C’est grâce à une macération à froid très courte que son Instant Bordeaux rosé offre aux yeux un si beau rosé pâle et des arômes flatteurs et gourmands.

L’accord parfait : À déguster bien frais en entrée sur du jambon cru, des poissons grillés à la plancha et des côtelettes d’agneau ! Un incontournable bordelais !

Maison Bertrand Ravache


PREMIÈRE NOTE ROSÉ DE SYRAH 2018 IGP COLLINES RHODANIENNES : FRUITÉ ET AUDACIEUX

Place au fruit et à la fraîcheur avec cette collection monocépage baptisée « Première Note » de la cave de Tain ! Si elle se décline en trois couleurs, cette dernière fait la part belle à son rosé de syrah. Sur des arômes expressifs de poire, de fraise et d’agrumes, sa bouche séduit par sa fraîcheur et la sensation de croquant qui s’exprime par des notes de fruits rouges frais.

L’accord parfait : À l’apéritif quand on est nombreux en joli duo sur des salades, des viandes froides ou des plats orientaux.

Caves de Tain


CHÂTEAU DE LA GRILLE CHINON 2018 : UN ROSÉ AUX AIRS TRÈS DISTINGUÉS

Affichant le label du plus haut niveau de certification environnemental, le fameux HVE, (Haute Valeur Environnementale), ce chinon de gastronomie, au fruité délicat et au goût équilibré, possède une bouche qui révèle des arômes de fruits rouges.

L’accord parfait : Idéal à l’apéritif, sur des plats de charcuterie, des viandes au barbecue et des plats asiatiques.

Château de la Grille

Si vous avez aimé, partager
Article par Florence Hernandez
Dans la même
rubrique


Stéphane Labous expose à l’Upper Concept Store lire
Un horloger dans les vignes lire
Chantilly Arts & Élégance Richard Mille 2019 lire
Les 5 snobismes de l’été lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #138



Commander Montres #117

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique