jouets > Gadgets
écrit le 30 janvier 2018
modifié le 30 janvier 2018

Un « bordel » pas comme les autres

Une maison close de poupées gonflables a ouvert ses portes à Paris ! Où ? Il faudra tester pour le savoir précisément…

Dans le film Une fiancée pas comme les autres, Ryan Gosling tombe amoureux d'une poupée gonflage.


Dans le film Une fiancée pas comme les autres, Ryan Gosling tombe amoureux d'une poupée gonflage.

Voilà une nouvelle qui amusera dans vos dîners. Xdolls.fr est la première agence à proposer la location de poupées en silicone ultra réalistes, dotées de tous les perfectionnements techniques que je vous laisse imaginer. Une maison close en somme de « sex dolls ». Une tendance qui nous vient du Japon et qui se développe peu à peu en Europe.

Et hop, rendez-vous dans un endroit mystérieux

« Assouvir ses désirs en adoptant une doll n’aura jamais été aussi simple… », nous promet-on sur le site internet. Bon. Alors, comment ça marche ?  Vous réservez votre « sexy dolly » sur Internet – Kim, 1 m 53, la plus généreuse, Sofia 1 m 61, la plus ferme ou Lily, 1m 45 asiatique, la plus… petite. Vous choisissez la durée de la prestation et hop, rendez-vous quelque part dans un mystérieux endroit mis à votre disposition, apparemment situé dans le 14e arrondissement à Paris.

Sofia, la « plus ferme » des poupées Xdolls.

Le prix de la passe ?
Chez Xdolls, comptez, 89 €, l’heure, 149 €, les deux heures. Rassurez-vous, il existe aussi un tarif couple : 120 €, l’heure (c’est bientôt la Saint Valentin, après tout). Et pour les plus timides, une rencontre à domicile est possible. Comptez minimum 250 €. Une bagatelle, lorsqu’on sait que certaines poupées peuvent valoir jusqu’à 8 000 €. Dans tous les cas, « seule une mention discrète et indétectable apparaîtra sur votre relevé bancaire », assure encore le site. Ouf…

Les poupées se louent 89 € l’heure. Et 120 € pour les couples.

En tomber amoureux

Sur place, l’agence propose un autre service : la « digisexualité » via un casque de réalité virtuelle histoire de pimenter les scénarios coquins avec sa sexdoll. Il ne faudrait pas avoir une panne d’imagination (ni une panne tout court vu la touche un peu ridicule que le casque peut donner). Une fois ce dernier sur les yeux, « prenez-là en main et lancez-vous ! », encourage le site. Tant que vous n’en tombez pas amoureux… comme Ryan Gosling dans le film, très touchant, Une Fiancée pas comme les autres. Riez, mais le phénomène existe de plus en plus au Japon. Loin du simple objet sexuel, ces poupées combleraient également un vide affectif, devenant parfois, de vraies compagnes. Certains hommes les couvriraient même de bijoux.

Pour la petite histoire, l’invention des poupées à usage sexuel serait attribuée aux marins. Ces derniers les nommaient très joliment : « dame de voyage ». Lors de la Seconde guerre mondiale, les marines allemandes et japonaises en fournissaient aux équipages des sous-marins. Mieux valait apaiser les tensions sous la mer. On les appelait alors les « sexy dolly ».

Si vous avez aimé, partager
Article par Janis Burton
Dans la même
rubrique


Toi & Moi : le baby-foot pour jouer à deux lire
Parlez-vous « jeune » ? lire
Rétromobile 2018 : arrêt aux stands lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #132



Commander Montres #113

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique