jouets > Moteurs
écrit le 24 juin 2019
modifié le 24 juin 2019

Villa d’Este : un magnifique rendez-vous pour les passionnés de belles automobiles

Fin mai avait lieu le concours d'élégance automobile de Villa d'Este. Notre journaliste y était. Il nous raconte cette édition très spéciale.

Cette année le Célèbre concours d’élégance de Villa d’Este fêtait 2 anniversaires. D’abord, ses 90 ans. Le premier Concours d’élégance de Villa d’Este se tient le 1er septembre 1929. Il devient immédiatement le plus important événement du genre en Italie. Ceci était en grande partie dû à la réputation internationale du grand Hôtel Villa d’Este qui bénéficiait d’une excellente réputation auprès du gotha international.

L’autre anniversaire concerne les 90 ans de la première automobile BMW, la BMW 3/15 DA-2. Cette petite automobile correspondait aux aspirations grandissantes de la clientèle en termes de fiabilité.

Les débuts pouvaient difficilement être plus modestes : la Dixi 3/15 était fabriquée sous licence sur une base d’Austin Seven avec son modeste 750cm3 de 15ch.

Avant que l’auto ne soit autorisée à revêtir l’emblème bleu et blanc, les ingénieurs avaient amélioré la base notamment avec une carrosserie tout métal. Ces ensembles étaient fabriqués par le carrossier berlinois Ambi-Budd et cela signifie que la première automobile BMW à voir le jour ne venait ni de Munich ni d’Eisenach mais de Berlin.

Pour assurer la notoriété de la Dixi 3/15, BMW l’engagea dans le Rallye International des Alpes se tenant de Munich au lac de Côme. Cet engagement se solda par une victoire. Du coup, pas moins de 16 000 Dixi  furent produites (berline coupé, cabriolet et même fourgonnette de livraison).

Durant la guerre, l’heure n’était pas aux concours d’élégance mais Villa d’Este le vit renaître dès 1947. En 1949, 109 automobiles dessinées par 39 carrossiers différents étaient présentes. Depuis 20 ans, le Concours d’ Élégance de Villa d’Este appartient au groupe BMW qui s’en sert comme écrin pour présenter de nouveaux modèles et aussi témoigner de son attachement à l’Automobile et à la Moto avec le soutien des prestigieuses marques comme l’horloger Lange & Söhne.

Si les Concours d’élégance étaient à la base une discipline française (principalement dans les villes thermales et/ou touristiques afin d’y créer une animation), cela n’est pas très étonnant car durant les années 20 et 30 la plupart des grands carrossiers de « haute couture » automobile étaient français.

De 1951 à 1995, le Concours de Villa d’Este n’eut pas lieu ; la mode était plus aux salons. Il n’en demeure pas moins vrai que le plus ancien Concours d’ Europe à exister aujourd’hui est celui de Villa d’ Este. BMW le reprit en 1999 l’améliorant sans cesse depuis. On ne peut s’empêcher d’établir des comparaisons avec Pebble Beach « la » référence mondiale en la matière, nous y reviendrons plus loin…

 

Les vendredi et samedi, propriétaires et VIP restent entre « happy (very) few » à la Villa d’Este, le public (et la majorité des journalistes) n’y ayant pas accès. Les autos sont disposées avec un réel goût et l’on peut admirer les Rolls (BMW Group) ainsi que les différents modèles de BMW dont le luxe a cru de manière exponentielle ces dernières années. En revanche, on ne peut que s’étonner que Mini qui fête son soixantième anniversaire n’en profite pas pour y rendre hommage, ce d’autant plus que Villa d’Este n’est pas un Concours « grosses autos uniquement », honneur est aussi rendu à de petites cylindrées (Abarth, Osca, Siata…)

PALMARÈS MOTO

Trophée Villa Erba, Best of Show du Public

BMW R68 19530 , Hans Heckeisen (De)

Trophée BMW Group, Best of Show du jury

1000 Koehler Escoffier 1929, Dominique Buisson (Fr)

Gagnante Classe A

500 Achille 1904, Horst Klett (De)

CONCOURS AUTO 

BMW GARMISCH

Avant que ne commence le Concours et la remise des prix, un hommage tout particulier a été rendu au concept-car BMW GARMISH. Dessiné par Marcello Gandini, ce concept-car n’existait plus. À sa manière, il anticipait celui qui allait naître sous l’appellation « série 5 »; l’équipe du design étant à l’époque dirigée par Paul Bracq. Le département design a recréé fidèlement ce concept « perdu » et le présentait fièrement à Villa d’ Este. Ce fut l’occasion pour les visiteurs d’apprécier à quel point les solutions avant-gardistes à l’époque devinrent pérennes avec le temps. Sacrée performance que de recréer cette auto dont il ne restait aucune archives, simplement sur la base de 5 photos et sur le châssis d’une 2002 TI. Imaginez l’émotion de Marcello Gandini redécouvrant, 50 ans après, sa création qu’il imaginait perdue à jamais…

SPEAKER SIMON KIDSTON

Une fois n’est pas coutume, intéressons-nous au speaker du Concours Simon Kidston.. Une sacrée personnalité ! Né en 1967, il hérita de la passion automobile de son père (le Commandant Home Kidston possesseur et pilote d’automobiles et avions) et de son oncle Glen (pilote avion et automobiles).

Il créa Brooks en 1996 (maison de ventes aux enchères) qui devint par la suite Bonhams qu’ il quitta en 2006. Son « rayon d’action » est planétaire entre Dubaï, Genève, Concours d’élégance de New Delhi dont il est le Président du jury. Collectionneur lui-même, il possède une Bugatti 57C de 1938 Cabriolet (construite à l’origine pour son père) ainsi qu’un biplan de course Gipsy Moth que son père fit voler il y a 75 ans en Nouvelle-Zélande.

Au micro, il a fait preuve d’une immense culture automobile mais aussi de gentillesse envers les participants et ce, en 3 langues et sans fatigue.

Sa performance fut appréciée et contribue incontestablement au succès de Villa d’Este. Captiver et tenir en haleine le public durant 3 heures sans que celui-ci ne voie le temps passer demande un incontestable talent. Donc the right man at the right place. Passons maintenant au jury

LE JURY

Lorenzo Ramaciotti : ex-directeur du design Pininfarina, Ian Cameron : ex directeur du design Rolls-Royce, Winston Goodfellow : écrivain et historien américain spécialiste des marques italiennes, Harm Lagaaj : chef du design Porsche durant 15 ans, Patrick Le Quement : Ex-chef du design Ford et Renault. Récompensé à maintes reprises, Adolfo Orsi : historien automobile issu de la famille propriétaire de Maserati, Stefano Pasini : historien automobile, J.Philip Rathgen : Directeur du magazine Classic driver, Lord March : créateur et organisateur de Goodwood, Laura Kukuk : ingénieur automobile et passionnée d’automobiles classiques, Yasmin Le Bon : ex-super model et passionnée d’automobiles classiques, Quinna Louwman : Pilote Le Mans Classic & Goodwood ainsi que Musée Louwman, Shino Nakamura : Ex chef du design Nissan…

Le jury ? Un vrai jury avec ce qu’il faut de diversité et d’indépendance. Qui plus est, un jury composé d’authentiques passionnés : ils étaient eux-mêmes à prendre des photos avec leurs smartphones durant tout l’ après-midi.

Le public est considéré et respecté via une tribune construite pour apprécier le défilé –présentation 3 heures durant. Les tarifs d’ entrée restaient extrêmement raisonnables.

Un concours d’élégance c’est comme une voiture de course : pour viser la réelle excellence TOUT doit être à ce niveau … Le cadre ? OK ! Les moyens déployés ? OK ! Le Speaker ? OK ! Le Jury ? OK ! Dès lors, la qualité des autos et motos présentées suit tout naturellement. Une sorte de fluidité qui s’impose lorsque tout est cohérent.

Un point qui ne trompe pas est la reconnaissance des autres constructeurs alors qu’il s’agit à la base d’un événement BMW : le concept car e-Legend Peugeot était présent sur les pelouses. Idem, le groupe VAG avec leur joyau Bugatti « la voiture noire »…

La présence directe de ces constructeurs sur le Concours a une double valeur : d’ une part, cela signifie que le concours Villa d’ Este n’est pas « BMW only » malgré son appartenance au groupe, la seconde est l’importance grandissante des « beaux concours d’élégance » aux yeux des constructeurs et ce , au détriment des salons auto.

PALMARÈS AUTO

Classe H Trophée BMW Group (referendum jeunes)

Lamborghini Marzal 1967 Albert Spiess (CH)

Coupe d’ Or Villa d’ Este

Alfa Romeo Touring 8C 1937, David Sydorick (US)

Best of Show jury

Alfa Romeo Touring 8C 1937, David Sydorick(US)

 

EN BREF

En 20 ans, BMW a hissé Villa d’Este quasiment au même rang que Pebble Beach. La volonté de perfection est palpable. Si Villa d ‘Este a réussi là où d’autres échouent, ce n’est pas par le fait du hasard ou de moyens : c’est une affaire de bon goût et de raffinement mais aussi de vision. Villa d’ Este est un hommage à la belle automobile et surtout pas un étalage d’auto chères comme on peut le voir sur d’ autres concours.

Aujourd’hui, les temps ont changé, la compétition automobile qui était hier le meilleur moyen de vendre apparaît de plus en plus comme une espèce en voie de disparition… BMW vient d’annoncer son retrait du Mans et du championnat WEC.

Le fait d’avoir repris Villa d’Este, il y a 20 ans, est à la fois de l’anticipation, de la vision mais aussi le meilleur moyen de montrer le rayonnement du savoir-faire européen. En effet, BMW s’approprie ainsi plusieurs chapitres de l’Histoire Automobile et s’ inscrit comme l’ un de ses acteurs majeurs. La seule défense pour l’industrie européenne par rapport à la concurrence japonaise ou coréenne est le Luxe avec un « L » majuscule. Et c’est ce que témoigne le Concours de Villa d’Est. Ni plus, ni moins.

Quelques clichés de l’évènement


Où ?

http://www.concorsodeleganzavilladeste.com

Concours 2020 du 22 au 24 Mai 2020

Villa d’Este est à 50 kms de Milan, 400 kms de Genève, 450 kms de Munich, 470 kms de Lyon, 800 kms de Paris

Si vous avez aimé, partager
Article par Patrick Hornstein
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #145 (version digitale)



Commander Montres #121 Automne 2020 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique