Style > Les élégants du siècle
écrit le 12 avril 2018
modifié le 12 avril 2018

Wes Anderson : du style et du chien surtout !

À l’occasion de la sortie de son nouveau film L'Île aux Chiens , bienvenue dans le monde vintage et coloré du plus preppy des cinéastes.

D’abord, son style à lui. Discret, cheveux au carré, il porte des vestes en tweed, des pantalons en seersucker, des chemises madras et… ses éternels costumes en velours trop courts. Il se dégage de sa personne  une douce nostalgie de l’enfance. Comme dans ses films. À 49 ans, ce Texan, qui s’est imposé comme le réalisateur le plus fantaisiste et le plus branché de sa génération, surfe dans la vie comme au cinéma, sur les codes rétro de l’Amérique Wasp.

Son univers est vintage et coloré, rempli de poésie et d’espièglerie.  Autant attaché à l’esthétique de l’image qu’au moindre détail des costumes de ses personnages, on reconnaît sa patte dès le premier plan. Que ce soit dans les vêtements, les accessoires ou la musiques de ses films, Wes Anderson cultive une élégance rétro.

L’étudiant Max Fisher dans Rushmore ne quitte jamais son blazer preppy et ses cravates club, tout comme le chercheur Steve Zissou son bonnet rouge et ses Adidas Rom Classics.

Idem pour Fantastic Mr. Fox, toujours avec son costume en velours (tiens, tiens, ça nous rappelle quelqu’un…). Et dans Moonrise Kingdoom, où l’on se retrouve dans un camp de boy-scouts old school sur une île de la Nouvelle-Angleterre ? On y voit deux gamins amoureux quitter leur saddle shoes et danser presque nus sur la chanson de Françoise Hardy, Le temps de l’amour, diffusé par un vieux tourne-disque. Loufoque mais délicieux.

Si son dernier film d’animation, L’Île aux chiens, est plus politique et engagé, on retrouve sa patte, drôle et nostalgique, et ses acteurs fétiches, avec en tête, l’inimitable Bill Murray.       

 

Si vous avez aimé, partager
Article par Hélène Claudel
Dans la même
rubrique


Steve McQueen : le king of cool lire
Hermès : en selle ! lire
Vous perdez vos cheveux ? Pas de panique lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


Commander Monsieur #130

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version papier, numérique ou les deux



Commander Montres #111

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique