écrit le 22 avril 2020
modifié le 5 mai 2020

LES INTERVIEWS #MONSIEURCONFINÉ

Retrouvez chaque semaine, les minis questionnaires d'hommes inspirants et très Monsieur dans l'intimité de leur confinement.

De gauche à droite : Yohan Bizy, directeur général de Templus ; Hugues de Peyrelongue, fondateur de Wicket ; Guillaume Clerc, cofondateur Ateliers Baudin.


De gauche à droite : Yohan Bizy, directeur général de Templus ; Hugues de Peyrelongue, fondateur de Wicket ; Guillaume Clerc, cofondateur Ateliers Baudin.

#MONSIEURCONFINÉ : Yohan Bizy, directeur général de Templus

Lieu d’incarcération ? Paris 17ème, à deux pas du parc Monceau, heureusement fermé pour préserver la santé des Parisiens.

Emploi du temps ? Réveil à 8h00 pour commencer ma journée Home Office. En ce moment, nous travaillons beaucoup sur notre campagne Frédérique Constant de dons destinés à la Fondation des Hôpitaux de France. Je ne veux pas trop changer mes habitudes, donc sport le soir mais en video call avec des amis plutôt qu’à la salle de sport.

Ce qui vous manque le plus ? Les voyages professionnels et/ou personnels mais plus simplement voir mes amis et ma famille.

Uniforme ? Plutôt très casual, chino bleu marine, tee-shirt en coton et lin blanc à manches longues et mocassins.

Le positif dans tout cela ? On apprend à être patient, à relativiser, à profiter des moments simples sans être tout le temps dans le rush.

La première chose que vous ferez à la libération ? J’irai voir mes proches. Je pense que l’isolement est la pire chose du confinement. Les réseaux sociaux ne remplaceront jamais les vrais moments de partage.


#MONSIEURCONFINÉ : Hugues de Peyrelongue, fondateur de Wicket

Lieu d’incarcération ? En Bourgogne, dans la campagne.

Emploi du temps ? Travail, cuisine et jardinage.

Ce qui vous manque le plus ? Ouvrir mes boutiques Wicket.

Uniforme ? Décontracté, j’avoue.

Le positif dans tout cela ? Vraiment, je ne vois pas.

La première chose que vous ferez à la libération ? Dîner au restaurant.


#MONSIEURCONFINÉ : Guillaume Clerc, cofondateur d’Ateliers Baudin

Lieu d’ incarcération ? Château du Planet à Saint-Léger dans les Yvelines.

Emploi du temps le matin ? Une heure de gym. Ensuite, j’enchaîne les réunions avec les ateliers parisiens et jurassiens qui restent en partie ouvert pour le suivi des commandes en cours et projets futurs. Puis je contacte mes clients pour prendre des nouvelles. Viens le déjeuner, en famille. L’après-midi, je m’octroie une heure de piano avant de reprendre le travail. En fin de journée, c’est jardinage, promenade dans le parc ou lecture.

Ce qui vous manque le plus ? Les rapports sociaux, les déjeuners et dîners en société .

Uniforme ? Tenue décontractée.

Le positif dans tout cela ? Le repos avant tout car j’étais au bord du surmenage. Le fait de pouvoir prendre du recul, de penser à l’avenir de la société et de se recentrer sur l’essentiel, les siens et ceux en difficulté ou en souffrance.

La première chose que vous ferez à la libération ? Aller voir ma famille.


RETROUVEZ TOUS LES INTERVIEWS DE NOS #MESSIEURCONFINÉS, ICI.

Si vous avez aimé, partager
La rédaction
Dans la même
rubrique


Les interviews #MonsieurConfiné lire
LES INTERVIEWS #MONSIEURCONFINÉ lire
Les interviews #MonsieurConfiné lire
LES INTERVIEWS #MONSIEURCONFINÉ lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur 152 (version digitale)



Commander Montres 126 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique