écrit le 3 décembre 2020
modifié le 3 décembre 2020

Alexis Michalik : « on se disait qu’un jour, je serai son égérie pied »

Alexis Michalik est partout. même dans les mocassins Jacques Solovière. À l’occasion de sa collaboration avec Alexia Aubert, L’homme de théâtre a répondu à nos questions.

Alexis Michalik, écrivain, comédien dramaturge, metteur en scène et ambassadeur de Jacques Solovière.


Alexis Michalik, écrivain, comédien dramaturge, metteur en scène et ambassadeur de Jacques Solovière.

Vos pièces sont toutes d’immenses succès. Quelles sont celles qui se jouent en ce moment ?
Si tout se passe bien, mes cinq pièces seront toujours à l’affiche parisienne : Le porteur d’histoire aux Beliers, Le cercle des illusionnistes au Splendid, Edmond au Palais-Royal, Intra-Muros à la Pépinière et la dernière, Une histoire d’amour à la Scala Paris.

Après le « Porteur d’Histoire », le « Porteur de chaussures » ? Pourquoi ce partenariat ?
(Rires.) J’adore les mocassins, mais je suis surtout un ami de longue date d’Alexia Aubert, créatrice de la marque, dont j’aime beaucoup les chaussures et admire la force de travail. On se disait en plaisantant qu’un jour je serai son « égérie pied ». C’est chose faite !

Selon vous, quelle est l’importance du « costume » sur scène ? Et dans la vie ? 
Sur scène, primordiale. C’est la peau du personnage, celle qui le définit avant même qu’il ouvre la bouche. Pour un comedien, le costume est un élément essentiel. Dans la vie, j’y accorde un peu moins d’importance, mais il est toujours plaisant d’être élégant.

Votre vêtement préféré, celui qui vous accompagne partout et dans lequel vous vous sentez le mieux ? 
Récemment, à l’approche de la quarantaine, je me surprends à quitter ce qui a été ma tenue pendant des années : un jeans, une chemise à carreaux, des Timberland. Peut-être aussi parce que des marques ont la gentillesse de m’en offrir, je me mets à mettre des pantalons et des chaussures de ville… Mes indispensables : une chemise bleue. L’été : une paire d’espadrilles ou de mocassins.

Votre référence en matière d’élégance ?
L’élégance absolue, c’est Frank Sinatra. L’Amérique des années 50, le Rat Pack, cette époque où on portait le costume en concert, en soirée, partout… Avoir du style, c’est… Faire plaisir aux yeux.


www.jacquessoloviere.com

Si vous avez aimé, partager
Article par Propos recueillis par Hélène Claudel
Dans la même
rubrique


Alexis de Redé : un gentleman cosmopolite lire
Alfa revient dans la course lire
Les parkas Nobis débarquent à Paris lire
LA COLLAB : In Corio x SYE lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur 150 (en version digitale)



Commander Montres 125 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique