écrit le 19 septembre 2017
modifié le 20 septembre 2017

Château la coste : l’art sous toutes ses formes

Plus qu’un vignoble réputé, le château La Coste apparaît comme un vaste parc de 200 hectares au coeur duquel surgissent des bâtiments contemporains dessinés par des stars de l’architecture comme Franck Gehry, Jean Nouvel, Norman Foster ou Richard Rodgers.

Un nouvel opus de Renzo Piano, baigné de lumière, vient d’y être inauguré en mai dernier. Une fois passées les grilles du château, la route fait l’école buissonnière entre les vignes et les sous-bois avant d’aboutir à l’araignée géante, la Crounching Spider 6695 de Louise Bourgeois. D’acier et de bronze, elle semble sortir du bassin d’eau dessiné par l’architecte japonais Tadao Ando. C’est avec un plan entre les mains et 2 heures devant soi que l’on découvre les 30 œuvres majeures de ce parcours inédit parmi les chênes.
La très grande originalité de cette exposition à ciel ouvert réside dans le fait que chaque artiste a visité le domaine avant de choisir le lieu adapté à son œuvre. On y vient pour passer la journée, on y déjeune de mets composés par Gérald Passedat (trois étoiles), on y assiste à une conférence, à un concert et depuis quelques mois on peut même s’y faire masser grâce au spa ouvert en juin dernier. Pour profiter plus sereinement de ce lieu dédié à tous les arts, la Villa La Coste, un hôtel de 28 villas-suites, y invite depuis peu les esthètes à la détente et à une douceur de vivre émaillée d’art contemporain. Vous l’aurez compris, il s’agit là d’un lieu unique où vin, art, architecture et bien-être ne font qu’un.


La bouteille à rapporter
Grand Vin Rouge. Fruits noirs et bois précieux, un vin à la belle concentration, suave et rond, admirable sur un rôti de boeuf ou un plateau de fromages.
Prix : 26 €.

Château La Coste, route de la Cride, 13610 Le Puy Sainte-Réparade, tél. : 04 42 50 50 00
Tarif Visite Art et Architecture : 15 € – Hébergement : à partir de 600 € /nuit – Restaurant Louison : menu à partir de 65 €.

Si vous avez aimé, partager
Article parFrançois-Jean Daehn
Dans la même
rubrique


Château de Berne : la provence éternelle lire
Château Rollan de By : château d’art lire
La commanderie de Peyrassol : l’art du beau et du bon lire
Château de Berne : la provence éternelle lire

Avec un habit et une cravate blanche, tout le monde, même un agent de change, peut faire croire qu’il est civilisé

Oscar Wilde
vous aimerez aussi
Top


le nouveau numéro est arrivé

Monsieur #147 (version digitale)



Commander Montres Magazine #123 (version digitale)

abonnez-vous

Découvrez toutes nos offres

acheter le numéro

version numérique